International. Voici pourquoi les Etats-Unis ont tué Qasem Soleimani

cameroun24.net Le 6 janvier 2827 Opinion Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
L'assassinat du général Qasem Soleimani, commandant de la force des gardes de la révolution iranienne, représente une escalade dramatique dans le conflit entre les Etats-Unis et l'Iran et dont les conséquences pourraient être considérables relate BBC.


Il faut s'attendre à des représailles. Une chaîne d'actions et de représailles pourrait s'ensuivre. Et la confrontation directe entre les deux pays est proche. L'avenir de Washington en Irak pourrait bien être remis en question. La stratégie du président Trump pour la région, s'il y en a une, sera éprouvée comme jamais auparavant.

Philip Gordon, qui était coordonnateur de la Maison-Blanche pour le Moyen-Orient et le golfe Persique dans le gouvernement Obama, a décrit l'assassinat du général Qasem Soleimani comme étant presqu'une "déclaration de guerre" des Américains contre l'Iran.

La Force Quds est la branche des forces de sécurité de l'Iran responsable des opérations à l'étranger. Depuis des années, que ce soit au Liban, en Irak, en Syrie ou ailleurs, Soleimani a été l'un des principaux instigateurs de l'expansion et de l'extension de l'influence de l'Iran en planifiant des attaques ou en renforçant les alliés locaux de Téhéran.

Pour Washington, c'était un homme avec du sang américain sur les mains. Mais il était populaire en Iran. Et en termes pratiques, il a mené la riposte de Téhéran contre la vaste campagne de pression et les sanctions imposées par les États-Unis.

Le plus surprenant n'est pas que Soleimani était dans la ligne de mire du président Trump, mais plutôt pourquoi les Etats-Unis devraient le frapper maintenant.

Une série d'attaques à la roquette de faible niveau contre des bases américaines en Irak ont été imputées à Téhéran. Un entrepreneur civil américain a été tué. Mais les opérations iraniennes précédentes, notamment contre des pétroliers dans le Golfe, l'abattage d'un drone américain, et même l'attaque majeure contre une installation pétrolière saoudienne, se sont toutes déroulées sans réponse directe des États-Unis.

Quant aux attaques à la roquette contre les bases américaines en Irak, le Pentagone a déjà riposté contre les milices pro-iraniennes que l'on croit derrière elles. Cela a provoqué une attaque contre le complexe de l'ambassade américaine à Bagdad.

Pour le Pentagone la décision de tuer Soleimani était prise dans un but dissuasif. Cette décision ne s'est pas seulement concentrée sur ses actions passées. Selon la déclaration du Pentagone, le général iranien "développait activement des plans pour attaquer les diplomates et les membres des services américains en Irak et dans toute la région".

La grande question est de savoir ce qui se passera ensuite. Le président Trump espère qu'en une seule action spectaculaire, il a à la fois intimidé l'Iran et prouvé à ses alliés de plus en plus inquiets dans la région, comme Israël et l'Arabie saoudite, que la dissuasion américaine a encore du mordant. Cependant, il est presque impensable qu'il n'y ait pas de réponse iranienne, même si elle n'est pas immédiate.

Les 5 000 soldats américains en Irak sont une cible potentielle. Les tensions seront plus fortes dans le Golfe. Pas étonnant que l'impact initial ait été de voir une flambée des prix du pétrole.

Les États-Unis et leurs alliés se tourneront vers leurs défenses. Washington a déjà dépêché du renfort à son ambassade à Bagdad. Elle aura des plans pour augmenter rapidement son empreinte militaire dans la région si nécessaire.

Mais il est tout aussi possible que la réponse de l'Iran soit, dans un certain sens, asymétrique. En d'autres termes, l'Iran peut ne pas rendre coup pour coup. Il pourrait chercher à jouer sur le large soutien qu'il a dans la région.

L'Iran pourrait aussi par exemple renouveler le siège de l'ambassade américaine à Bagdad, mettant le gouvernement irakien dans une position difficile, et remettre en question le déploiement américain sur place. Il pourrait provoquer des manifestations ailleurs pour couvrir d'autres attaques.

L'attaque contre le commandant de la force Quds a été une démonstration claire des capacités et des renseignements militaires américains. Beaucoup dans la région ne pleureront pas sa disparition. Mais était-ce la chose la plus sage à faire pour le président Trump

Le Pentagone est-il bien préparé pour faire face aux conséquences? Et que nous apprend cette frappe sur la stratégie globale de M. Trump dans la région ? Qu'est-ce que cela a changé ? Y a-t-il une nouvelle tolérance zéro envers les opérations iraniennes?

Ou s'agit-il simplement du président américain qui a éliminé un commandant iranien qu'il considérerait sans doute comme "un très mauvais homme".


Jonathan Marcus Defence and diplomatic correspondent

Lire aussi : Mme Ilaria Allegrozzi est-elle une trafiquante ?
Lire aussi : Un accord historique signé entre les États-Unis et les Talibans pour mettre fin à une guerre de 18 ans en Afghanistan
Lire aussi : Voici les pays qui possèdent l'arme nucléaire

 

Regardez

SUR LE MEME SUJET : International

DANS LA MEME RUBRIQUE : Opinion

Facebook

ENTREZ VOTRE COMMENTAIRE





Saisissez ce code CAPTCHA code dans la zone de texte ci-dessous

LES COMMENTAIRES

CORONAVIRUS AU CAMEROUN
Confirmé : 5904
Décès 191
Guéri: 3568
Actif : 2145
Source MINSANTE
Mise à jour 30/05/2020 à 20:28:11

 

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Lire aussi

  • Appel à un code électoral consensuel, les leaders s'exprime : Cabral LIBII

    Ces derniers jours plusieurs leaders se sont exprimés sur l'adoption au Cameroun d'un code électoral consensuel pour mettre un terme aux nombreuses crises qui frappe le pays. Cameroun24 publie quelques sorties.

  • Appel à un code électoral consensuel, les leaders s'exprime : Christian Penda Ekoka

    Ces derniers jours plusieurs leaders se sont exprimés sur l'adoption au Cameroun d'un code électoral consensuel pour mettre un terme aux nombreuses crises qui frappe le pays. Cameroun24 publie quelques sorties.

  • Tribalisme: Abdelaziz Moundé Njimbam recadre Patrice Nganang

    Le journaliste et défenseur des Droits de L'Homme a publié ce jour une tribune ou il appelle le professeur à cesser de diviser les camerounais.

  • Agression d'un proche de Cabral Libii à Douala

    Ce n'est pas la première fois que le coordonnateur du PCRN dans le Littoral est victime d'agression dans ces circonstances.

  • Convertisseur

    Meteo Yaoundé