Le gouvernement promeut le dialogue dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest

Crise Anglophone. Le gouvernement promeut le dialogue dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

Face aux députés vendredi, le PM, Philemon Yang, a rappelé les outils de consolidation de dialogue mis sur pied par les pouvoirs publics lit-on dans les colonnes du quotidien gouvernemental.


«Toutes confrontations, toutes guerres, quelles que soient leurs causes, finissent toujours par amener les belligérants autour d’une table. Et audelà, à vivre ensemble. Pourquoi ne tirons-nous pas les leçons de notre histoire qui nous interpelle ? » Assertion de l’hon. Hermine Patricia Ndam Njoya, député UDC, qui, dans la formulation de sa question à l’endroit du Premier ministre, chef du gouvernement, vendredi à l’Assemblée nationale, s’est livrée à un véritable plaidoyer sur les vertus du dialogue. C’est sur ce même concept, et par extension sur la concertation et recherche du consensus, qu’elle a interpellé le gouvernement. Occasion pour le PM, Philemon Yang d’évoquer les mécanismes de recherche constructives et pacifiques des solutions aux problèmes qui se posent dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

A ce sujet, le PM a d’abord rappelé que le dialogue est la voie par excellence adoptée par le gouvernement pour la résolution des conflits sociopolitiques au Cameroun. « Le chef de l’Etat a déjà montré à maintes reprises l’importance du dialogue dans la gestion des problèmes. Il veille et accorde une importance particulière à la promotion de la concertation et du consensus», a souligné le PM. Dans le même ordre d’idées, plusieurs instances comme la Commission nationale pour la promotion du bilinguisme et du multiculturalisme participent aussi de cette détermination du chef de l’Etat de promouvoir le dialogue en temps de paix, mais aussi et surtout en période de crises. Les membres de cette Commission sont engagés aux côtés du gouvernement, dans la recherche des solutions à la crise sociopolitique qui secoue les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun. Seulement, a précisé le PM, il appartient à l’Etat de faire respecter les lois et règlements en vigueur au Cameroun. Pour Philemon Yang, « nul n’a le droit de violer la loi. Le recours à la force proportionnelle à l’attaque est généralement mis en oeuvre pour protéger les droits des autres citoyens qui ne sont pas partie prenante des revendications. » Aussi, le PM a-t-il invité les parlementaires à poursuivre la sensibilisation des populations sur les vertus du dialogue, dans le cadre des rencontres à la base.

Azize MBOHOU

Société