Cameroun - Environnement. Le FIDA et le FEM unissent leurs efforts pour multiplier les dividendes du développement

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

Da Nang, Viet Nam, 25 juin 2018 – Un nouveau rapport, montrant qu'une augmentation des rendements et des revenus est compatible avec des écosystèmes sains, témoigne de la manière dont le Fonds international de développement agricole (FIDA), un organisme spécialisé des Nations Unies voué au développement de l'agriculture paysanne, et le Fonds pour l'environnement mondial (FEM) viennent en aide à des millions de ruraux dans les pays en développement.

Ce rapport, intitulé The IFAD-GEF Advantage II: partnering for a sustainable world, est publié aujourd'hui, à l'occasion de la sixième Assemblée du FEM.

On y apprend que le FIDA aide actuellement les gouvernements de 24 pays à accéder aux financements du FEM, dans le cadre de 32 projets axés principalement sur les changements climatiques et dotés d'un budget de quelque 161 millions d'USD.

"Ce rapport montre clairement les avantages qu'offre le partenariat entre le FIDA et le FEM. Lorsque nous agissons ensemble en faveur des communautés rurales, les ressources naturelles et les écosystèmes sont protégés, et les conditions de vie des gens s'améliorent", indique Margarita Astralaga, Directrice de la Division environnement, climat, égalité hommes-femmes et inclusion sociale du FIDA.

L'un des exemples de synergies mentionnés dans le rapport nous conduit au Viet Nam, où un partenariat entre le FIDA, le FEM et le gouvernement a incité les communautés locales à collaborer afin de concevoir un système de paiements pour les services écosystémiques qui offre à la population des avantages évidents tout en contribuant à réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Un autre exemple nous vient du Pérou, où le FIDA utilise des fonds du FEM pour aider des communautés locales des Hautes Andes à améliorer la gestion de l'eau, à conserver la biodiversité et à adopter des pratiques agricoles plus durables sur plus de 20 000 hectares. Au Niger, le FIDA et le FEM promeuvent ensemble une agriculture familiale durable et un meilleur accès aux marchés dans le cadre de leur programme prônant une approche intégrée de la sécurité alimentaire en Afrique subsaharienne.

Le rapport fait ressortir que le FIDA, en renforçant l'impact et la durabilité des projets grâce à ses propres financements, a souvent amplifié les avantages mondiaux pour l'environnement qui découlent des dons du FEM. Au Cambodge, en Indonésie, en Malaisie, aux Philippines, en République démocratique populaire lao, en Thaïlande et au Viet Nam, par exemple, un don octroyé par le FIDA pour dissuader les paysans locaux de brûler la végétation après les récoltes ou le défrichement des terres vient prolonger le projet de protection des tourbières initialement lancé par le FEM.

Et Mme Astralaga d'ajouter: "Depuis 2001, le partenariat entre le FIDA et le FEM a permis à des millions de personnes d'améliorer leurs moyens d’existence et de préserver leurs précieuses ressources naturelles. Parallèlement, ces populations se sont adaptées aux effets de plus en plus marqués des changements climatiques. Dans les années à venir, nous continuerons d'unir nos efforts dans nos domaines d'expertise complémentaires pour venir en aide à des millions de personnes supplémentaires."

Opinion