Eliminatoires CAN Féminine 2018: les lionnes doivent terminer le travail

Can féminine 2018. Eliminatoires CAN Féminine 2018: les lionnes doivent terminer le travail

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

Les Camerounaises reçoivent les Congolaises en match retour comptant pour le dernier tour éliminatoire du tournoi à Yaoundé lit-on dans les colonnes de CT.



Une avance confortable pour la sélection nationale féminine au moment où elle accueille celle du Congo demain après-midi au stade Omnisports Ahmadou Ahidjo de Yaoundé. En effet, en match aller comptant pour le dernier tour éliminatoire de la Coupe d’Afrique des nations de football féminin, Ghana 2018, elle a dominé son adversaire sur le score de 0-5.

Toutefois, dans la tanière des Lionnes, il n’y a aucune place pour le triomphalisme. «Il y a assez de talents dans la sélection congolaise. C’est pour cela que je redoute le match retour. Il va falloir qu’on se déploie une fois de plus à Yaoundé », envisage Joseph Ndoko, l’entraîneur national des Lionnes indomptables, à la fin de la rencontre de mercredi dernier.

Au stade Alphonse Massamba Debat de Brazzaville, Christine Manie et ses coéquipières ont évolué sur du gazon synthétique. Ce qui peut justifier, selon l’entraîneur, les balbutiements d’entame de match du groupe. Demain après-midi, elles évolueront donc sur une surface qu’elles ont apprivoisée pendant le stage: le terrain gazonné.

C’est hier après-midi que le groupe a regagné le Cameroun. «Nous serons sous pression, parce que nous avons fait un résultat ici [Ndlr. Brazzaville]. Le public va nous attendre. Or, les Congolaises vont jouer plus relâchées. Ce sera du beau spectacle », prédit Christine Manie, la capitaine camerouanise.

Après la finale manquée du 3 décembre 2016 face aux Super Falcons du Nigeria, les Lionnes indomptables renouent avec le public de Mfandena ce 9 juin 2018. En conservant leur avance confortable, les filles de Joseph Ndoko sont certaines de se qualifier pour la phase finale de la CAN 2018 dont les enjeux sont notamment le titre de Champion d’Afrique.

A défaut, et à condition d’être dans le trio de tête, une qualification pour la Coupe du monde de football féminin, France 2019. Des challenges que les Camerounaises peuvent relever.

Priscille G. MOADOUGOU ATANGANA
 

Sport

Lire aussi