Cameroun – États-Unis : Le jazz comme lien de coopération culturelle

Cameroun - USA. Cameroun – États-Unis : Le jazz comme lien de coopération culturelle

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

C’est au collège régional d’agriculture (Cra) d’Ebolowa que Keri Chryst et Jeff Hoffman, deux virtuoses du jazz américain ont égayé le 30 novembre dernier en la salle de fête dudit collège dans le cadre d’un programme culturel musical avec les genres américains à savoir, le blues et le jazz.

Une phase précédée par la dotation en manuels scolaires et didactiques à cet établissement formation professionnelle appartenant au  ministère de l’agriculture et du développement rural (Minader).


Un spectacle de Blues et de Jazz qui a meublé la soirée des mélomanes de la cité capitale du Sud dans une salle de spectacle prise d’euphorie. Ce qui ne se rencontre pas tous les jours et ceci dans un cadre de estudiantin. Le concept est initié par l’ambassade des États-Unis  dans le cadre de ses programmes d’échange, et de la coopération culturelle. Ce qui a donné une opportunité aux jeunes camerounais de se frotter et de puiser une inspiration avec le jazz auprès des « maestro ».

Pour cette caravane qui a débuté par le centre culturel camerounais le 25 novembre dernier, puis à Christ the king collège à Nkolfoulou, à Sos village enfant de Mbalmayo pour s’achever au Cra à Ebolowa le 30 novembre dernier, c’est une satisfaction pour l’équipe culturelle américaine. Une équipe conduite par  Will Romine attaché culturel à l’ambassade des États-Unis au Cameroun.

Pour lui à travers cette caravane,  « il est question de promouvoir les libertés d’expression, la diversité et le multiculturalisme à travers le jazz. Et les États-Unis soutiennent ces valeurs et pour cela, il s’agit de partager cette culture avec les peuples, comme c’est le cas à Ebolowa. Au-delà de l’accueil enthousiaste, les étudiants ont ci-bien apprécié cette musique et le don des manuels qui pourra les être utile pour leur étude ». 

Ce qui a permis au diplomate américain de revenir sur les origines du jazz qui selon lui est une fusion du blues avec les musiques populaires du Sud des États-Unis  avant de connaitre un développement autonome.  Il faut noter que cette session a permis un échange entre les étudiants musiciens amateurs et les deux stars de cette caravane.  Ces  moments ont permis de jouer en live certaines chansons jouées dans un bit jazzique  comme « soma loba » de Manu Dibamgo et de rendre hommage à la chanteuse américaine  Rita Franklin de regrettée mémoire.

Pour Keri Chryst musicienne de jazz, « chaque fois qu’on est au contact avec les autres artistes, on apprend des choses nouvelles. Ce fut un moment de partage sur les chansons saoules, du jazz avec les jeunes. Elle sait que le jazz tire ses origines dans une espèce de mélange de toutes les cultures sur le terrain de l’Amérique du nord, avec à la base beaucoup d’influence africaine ». Assertion confirmée par Jeff Hoffman qui a un groupe musical de jazz auquel son saxophoniste  est un camerounais pétrie de talent, Jean Jacques Elangué, à travers qui il connait bien le Cameroun. Lui qui débuta la musique à 10 ans, et aujourd’hui un globe trotter qui parcourt les pays mais accorde sa préférence au Cameroun. L’image d’une terre d’hospitalité colle bien au Cameroun car, avec son équipe, ils ont été reçus chaleureusement.

Pour Antoine Mbida directeur du Cra d’Ebolowa, « c’est un honneur pour l’établissement qui s’investi depuis plusieurs années en vu de présenter une image positive. Avec cette rencontre, il est question des échanges culturels afin que ses hôtes fassent partager leur culture musicale avec le blues et le jazz. C’est un début d’une coopération qui se met en place, elle sera par la suite vue dans les détails. Avec la prestation en live, on a observé une  émulation des étudiants qui veulent, il a été constaté qu’à chaque cuvée, il y a des talents à découvrir.  Ce qui nous réconforte dans les idées à doter le Cra d’un orchestre de music pour permettre l’épanouissement culturel des étudiants pendant leur formation ».
 

Jacques Pierre SEH

Culture