Cameroun - Communication. Les réseaux sociaux. Un couteau à double tranchant ?

  • La Cité |
  • Publié : Dimanche le 13 Novembre 2016 16:19:51 |
  • 5438 hits |
  • Opinion |

De Facebook à WhatsApp, en passant par Twitter et autres, il devient très aisé d’être informé à la seconde près. Que ce soit une banale histoire d’un couple à Etam-Bafia qu’à l’ampleur dévastatrice de l’Ouragan Matthew à Haïti, on aura des avis, des appréciations, et même des détails croustillants et « aromatisés » des commentateurs. Les réseaux sociaux sont devenus un moyen d’information très présent dans notre quotidien.

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter | Imprimer | Envoyer cet article à

Autant on peut louer ce nouveau média de par la célérité avec laquelle il nous fait parvenir ce flot d’informations plus ou moins utiles qu’on n’aurait pas eu avec les médias classiques que sont la presse écrite, la radio ou la télévision ; autant on peut se mordre les doigts d’avoir fait une confiance aveugle à une information avec pour source les réseaux sociaux qui au final sera non-avérée.

La crédibilité des informations provenant des réseaux sociaux est mise en mal à cause des individus pas toujours bien intentionnés (encore que l’enfer est pavé de très bonnes intentions nous diton) qui, pour des motifs divers et/ou des desseins inavoués (cupidité, avidité, lésinerie, naïveté, recherche de notoriété, etc.) se croient obligés, d’inventer des récits montés de toutes pièces.

Quand ils ne déforment pas tout simplement une histoire réelle pour qu’elle puisse servir leurs intérêts.

Nous avons tous vu, les informations erronées sur le déraillement du train 152 à Eseka devenu « train de la mort » il y a plus d’une semaine ont plongé le ministre des transports Edgard Alain Mebe Ngo’o dans un embarras manifeste, l’obligeant à se fourvoyer pendant les communications liées à la gestion du véritable drame. Mythomanes ou blagueurs, les Camerounais sont passés maitres dans l’art de la désinformation sur les réseaux sociaux. Allant jusqu’à prédire l’avenir comme des diseuses de bonne aventure. C’est ainsi que la défunte Anne Marie Nzié voix d’or de la musique camerounaise s’est retrouvée plusieurs fois morte le même jour. Revenant à la vie au gré des internautes, avant de succomber finalement et véritablement cette fois à la maladie contre laquelle elle luttait.

Un autre cas très récent, celui de l’ancien défenseur et capitaine des Lions indomptables Rigobert Song, victime d’un malaise cardiaque auquel il survivra finalement. Il sera annoncé mort à maintes reprises, avec des publications associées ici d’une photo, là-bas d’un verset biblique dit à sa mémoire.

Les Camerounais en particulier et les Africains en général semblent encore ignorer ou alors du moins sous-estimer le pouvoir véritable de ces nouveaux outils de communication malgré leur présence de plus en plus évidentes dans notre quotidien. Lors du printemps arabe, il y a quelque années, Facebook a aidé a montrer la réalité et la violence des affrontements. On peut même se hasarder à dire que le réseau social le plus utilisé au monde a oeuvré pour le renversement de certains de ces régimes autoritaires, pour ne pas dire dictatoriaux. Le rôle des réseaux sociaux notamment Facebook dans le printemps arabe a été abusif, me direz-vous. Mais tout de même: ils ont servi à mobiliser, à s’informer et aussi à informer. Bien sûr, on ne peut pas dire que seuls les réseaux sociaux étaient la cause de ces révolutions, ils ont tout de même donné un coup de pouce pour poursuivre ces manifestations. On sait tous que les populations arabes ont été poussées à se révolter pour des raisons politiques et sociales.

La légèreté avec laquelle les réseaux sociaux sont gérés par les membres du gouvernement au Cameroun est étonnante. Rares sont les membres du gouvernement qui ont un compte Facebook. On entendra par exemple lors d’un point de presse le ministre de la Communication Issa Tchiroma Bakary ironiser à propos. Un sourire narquois au coin des lèvres il dira : « Les gens sur Internet sont toujours fâchés», Une façon de dire que les internautes Camerounais sont de « nerveux névrosés. » Toujours est-il que dans la logique du Président Paul BIYA, il est grand temps de relever les défis liés aux technologies de l’information et de la communication.

Lui qu’on croyait vieux jeu l’a bien compris. Cela ne semblait pourtant pas dans son discours à la jeunesse le 10 février 2015 lorsqu’il disait : « Vous devez surtout vous méfier des chants trompeurs des oiseaux de mauvais augure, ces marchands d’illusions qui n’ont pour projet que la déstabilisation via les réseaux sociaux. Ces prophètes irresponsables cherchent de façon évidente à vous instrumentaliser…» il est revenu récemment encourager son gouvernement à « …être plus présents sur les réseaux sociaux… » avec un discours différent à la veille de la fête de la jeunesse 2016, il dira « …A tout ceci, il faut ajouter un domaine qui, je le sais, vous est très cher, à vous de la génération dite « Android ». Il s’agit du développement de l’économie numérique.

« A chaque génération ses défis historiques, pour le devenir de la nation ! Je puis dire que, pour notre jeunesse, l’un des défis majeurs est de réussir l’arrimage à ce phénomène marquant qu’est l’économie numérique. » Oui, le président de la République l’a bel et bien compris, et bien que dans ce discours du 10 février 2016 sa cible principale soit la jeunesse [Fer de lance de la nation] à laquelle il demande de façon générale de mettre un accent particulier sur les TIC. Ce discours concerne également l’ensemble des Camerounais qu’il exhorte de façon implicite à s’arrimer aux TIC en général mais aussi à leur différent produit.

Seulement il faudrait que nous soyons plus responsables tous ensemble et individuellement dans la gestion de ces nouveaux médias qui peuvent tout aussi bien accompagner nos causes, ou être la cause de notre perte. Parce qu’il est temps de le reconnaitre et d’en prendre réellement conscience, les réseaux sociaux sont fatalement des couteaux à double-tranchant à manipuler avec précaution.

SUR LE MEME SUJET : Cameroun - Communication

Cameroun - Communication : Cameroun: une radio fermée (4914)
Cameroun - Communication : Cameroun : RSF dénonce «l 'opacité des décisions et les pratiques équivoques» du régulateur des médias (15634)
Cameroun - Communication : Litige : Canal 2 international a payé ses loyers (5970)
Cameroun - Communication : Sanctions du régulateur des médias et crise en zone anglophone au menu des journaux camerounais (5632)
Cameroun - Communication : Le régulateur des médias sanctionne la CRTV (12979)
Cameroun - Communication : Cameroun : 2 journaux et 1 journaliste interdits d’activité, encore des sanctions en cascade prononcées par le Cnc (11774)
Cameroun - Communication : Revendications anglophones et CAN dames au menu de la presse camerounaise (5543)
Cameroun - Communication : Réseaux sociaux: je communique, donc je suis mais comment et avec quelles conséquences? (7177)
Cameroun - Communication : Les malaises sociaux en couverture des journaux camerounais (6963)
Cameroun - Communication : La diversité en couverture des journaux camerounais (5648)
Cameroun - Communication : Les réseaux sociaux. Un couteau à double tranchant ? (5440)
Cameroun - Communication : Les Camerounais sont de gros consommateurs de réseaux sociaux, selon Mediamétrie (10790)
Cameroun - Communication : La diversité s'affiche en couverture des journaux camerounais (6067)
Cameroun - Communication : Les 34 ans de magistère de Biya en couverture des journaux camerounais (6327)
Cameroun - Communication : Le statut de la Première dame et la sécurité en couverture des journaux camerounais (5905)
Cameroun - Communication : Drame ferroviaire et économie en couverture des journaux camerounais (5460)
Cameroun - Communication : Dérives sur les réseaux sociaux : la cote d’alerte (9442)
Cameroun - Communication : La controverse s ' installe dans les journaux camerounais, au lendemain de la tragédie ferroviaire (5344)
Cameroun - Communication : La politique et l'économie en couverture des journaux camerounais (5951)
Cameroun - Communication : Parlez-vous le camerounais? (12575)

DANS LA MEME RUBRIQUE : Culture

Can 2017 : Thierry Metomo : « Il est possible pour les Lions d’être leaders » (99)
Emeutes Bamenda : Issa tchiroma Bakary : « il n’y aura ni fédéralisme, ni sécession » (113)
Gambie : Le Parlement prolonge le mandat de Jammeh (127)
Sciences : Et l’animal le plus féroce est… le suricate (129)
Emeutes Bamenda : Problème anglophone : Le gouvernement à l’épreuve du dialogue républicain (144)
Can 2017 : Christian Bassogog : « On espère faire mieux » (982)
Cameroun - Télécommunication : Minette Libom li Likeng: « Nous voulons encourager un usage sain des réseaux sociaux » (983)
Can 2017 : Thierry Metomo : « La victoire est possible si les attaquants sont plus réalistes » (952)
Can 2017 : Geremi Njitap : « Les lions ont des armes pour faire la différence » (1454)
Kenya : Une député propose la grève du sexe (1291)
Gambie : Gambie : le Nigeria déploie un navire de guerre (1077)
Côte d'ivoire : Côte d’Ivoire : un député de Bouaké enlevé par des soldats puis relâché (1038)
International : Africans in USA should not join anti-Trump protesters at any time (995)
Cameroun - Education : KUNGABA FONGOH Leonel: ''La situation sociopolitique que traverse le Cameroun depuis quelques années est très critique'' (1090)
Emeutes Bamenda : CAMEROUN, QUESTION ANGLOPHONE : LA DÉCLARATION DE LA DIASPORA CAMEROUNAISE DU BENELUX ET DE FRANCE (1263)
Cameroun - Energie : La société Britannique Joule Africa lance les études pour une centrale de 458 MW dans le Nord-Ouest du Cameroun (3337)
Accident Train Camrail : Cameroun : les victimes de la catastrophe ferroviaire d’Eseka s’adressent aux candidats à la présidentielle française (3329)
Côte d'ivoire : Côte d’Ivoire: les militaires passent à la caisse International (3273)
Cameroun - Santé : Hôpitaux publics: le mot d’ordre de grève levé Societé (3361)
Femmes : Bouton de fièvre: comment le camoufler? (3185)