Afrique. Une nouvelle campagne pour s'attaquer à «l'ampleur inacceptable» de la violence contre les enfants en Afrique

cameroun24.net Jeudi le 22 Juillet 2021 Opinion Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
Une nouvelle campagne visant à réduire les niveaux inacceptables de violence contre les enfants en Afrique a été lancée aujourd'hui à la suite de nouvelles recherches inquiétantes indiquant que les enfants africains continuent de subir des violences physiques, psychologiques et sexuelles généralisées.

ADS



Les données publiées par le Partenariat africain pour mettre fin à la violence contre les enfants (APEVAC) - une initiative du Forum sur la politique de l'enfance en Afrique (ACPF) - révèlent une "ampleur inacceptable" de la violence contre les enfants (VAC). Les études montrent que plus de la moitié des enfants sont victimes de violences physiques, tandis que dans certaines régions d'Afrique, quatre filles sur dix subissent des violences sexuelles avant l'âge de 15 ans.

"Des mesures vigoureuses doivent être prises pour s'attaquer à ce fléau inacceptable qu'est la VAC en Afrique", a déclaré le Dr Joan Nyanyuki, directeur exécutif de l'ACPF. "Trente ans après l'adoption de la Charte africaine des enfants, les gouvernements africains ne parviennent toujours pas à protéger les enfants contre la violence."

La conférence virtuelle de haut niveau d'aujourd'hui vise à renforcer l'engagement politique pour mettre fin à la violence contre les enfants en Afrique. L'événement, organisé par l'ACPF, fait partie de la série de sommets de solutions Together to #ENDViolence menée par le Partenariat mondial pour mettre fin à la violence contre les enfants.

"De tous les dommages indicibles subis par nos enfants, la violence est certainement le pire, simplement parce qu'elle est entièrement évitable, mais laisse des cicatrices durables", a déclaré Mme Graça Machel, présidente du conseil d'administration international de l'ACPF. "Nous ne pouvons accepter une telle souffrance à quelque niveau que ce soit de la société africaine, car ses effets dévastateurs sur la dignité et le bien-être physique et mental de nos enfants continuent de les priver de leur avenir.

"L'impact social et économique sur la société est tout aussi néfaste", a ajouté Mme Machel. "La violence à l'encontre des enfants est directement liée à de mauvais résultats scolaires, à l'abandon scolaire, à une mauvaise santé et à de faibles perspectives d'emploi. Ces facteurs réduisent à leur tour la productivité et augmentent massivement le coût des soins de santé et des services sociaux."

Les trois nouvelles études de l'ACPF fournissent des preuves irréfutables de l'augmentation des VAC en Afrique. Elles révèlent que les enfants pris dans des conflits ou des catastrophes humanitaires, les enfants handicapés, ceux qui travaillent, ceux qui vivent ou travaillent dans la rue et ceux qui sont placés en institution sont les plus vulnérables. La technologie numérique est à l'origine de nouvelles formes d'ACC, les enfants étant désormais confrontés à des risques accrus d'abus sexuels en ligne. La pandémie de Covid-19 a provoqué un pic des signalements d'ACC.

En Afrique, au moins 60 % des garçons et 51 % des filles sont victimes de violences physiques.
Dans certaines régions, plus de huit enfants sur dix âgés de 1 à 14 ans sont soumis à une discipline violente chaque mois.
Au Nigeria, 66 % des filles et 58 % des garçons de moins de 18 ans sont témoins de violences à la maison.
Plus de la moitié des enfants âgés de 13 à 15 ans en Afrique occidentale et centrale sont victimes d'intimidation à l'école.
L'Afrique présente les taux les plus élevés au monde de négligence envers les enfants : 41,8 % des filles et 39,1 % des garçons sont négligés par leurs soignants.
La violence sexuelle contre les enfants handicapés est élevée dans de nombreux pays, allant de deux incidents par enfant au Sénégal à quatre par enfant au Cameroun.

"Des progrès ont été réalisés, notamment en ce qui concerne les mutilations génitales féminines, le mariage des enfants et les châtiments corporels", a noté le Dr Nyanyuki. "Mais les avancées ont été inégales, fragmentées et trop lentes. La plupart des gouvernements manquent de volonté politique, et les sommes allouées à la lutte contre les VAC sont dérisoires."

Du côté positif, l'étude constate que les initiatives "maison" peuvent réduire les niveaux de violence, tout en renforçant les relations entre les parents et leurs enfants. "Nous avons besoin de davantage de solutions maison africaines qui offrent aux enfants une plus grande protection et contribuent à bâtir des communautés plus fortes", a déclaré le Dr Nyanyuki. "Nous devons de toute urgence nous attaquer aux attitudes et aux pratiques patriarcales profondément enracinées qui sont discriminatoires à l'égard des enfants, en particulier des filles."
 

Lire aussi : Une nouvelle campagne pour s'attaquer à «l'ampleur inacceptable» de la violence contre les enfants en Afrique
Lire aussi : L’Afrique de demain vu par Mo Ibrahim
Lire aussi : Le Kenya Devient Le Plus Grand Actionnaire De Shelter-Afrique Après Avoir Versé 9,2 Millions De Dollars EU (1 Milliard De Shillings Kenyans) En Capital Supplémentaire

Facebook

ADS

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Rechercher un article

ADS