Mali. Paris qualifie de manipulations les accusations maliennes de soutien aux terroristes

cameroun24.net Jeudi le 18 Aout 2022 Société Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
La France soutient les efforts visant à lutter contre le terrorisme au Sahel, en qualifiant de manipulations les accusations de soutenir les terroristes portées par Bamako contre Paris. C’est ce qu’a indiqué ce jeudi le ministère français des Affaires étrangères.

ADS



"Nous condamnons la multiplication des manipulations de l’information qui ne doivent aucunement détourner l’attention de la dégradation de la situation sécuritaire et humanitaire dans le pays dont les populations sont les premières victimes", a déclaré le ministère. "La France poursuivra sans relâche le combat contre le terrorisme au Sahel et en Afrique de l’Ouest, en soutien des efforts politiques, civils et militaires de la Cédéao [Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest] et des États de la région, et en pleine coordination avec ses partenaires européens et américain engagés", est-il ajouté dans le communiqué.

Le ministère a précisé que le retrait officiel de la force Barkhane du Mali était effectif depuis le 15 août dernier. Il a été effectué "en toute transparence avec les forces armées maliennes et avec les partenaires engagés à nos côtés".

Plus tôt, le ministre malien des Affaires étrangères Abdoulaye Diop a écrit une lettre au Conseil de sécurité de l’ONU où il accuse la France de violer l’espace aérien du Mali et de soutenir les djihadistes. Comme l’a rapporté mercredi Radio France internationale (RFI), les autorités maliennes ont enregistré une cinquantaine de cas de violation de l’espace aérien malien depuis le début de l’année. Le Mali disposerait, selon Abdoulaye Diop, de plusieurs éléments prouvant que ces incursions illégales dans le ciel malien "ont servi à la France pour collecter des renseignements au profit des groupes terroristes et pour larguer des armes et des munitions".

Lundi, l'Élysée a annoncé que les derniers soldats français ayant participé à l'opération Barkhane avaient quitté le territoire du Mali après la décision de Bamako de mettre fin à son accord de coopération militaire avec la France. Paris a lancé l’opération Barkhane en août 2014 pour lutter contre les groupes islamistes au Mali, au Burkina Faso, en Mauritanie, au Niger et au Tchad. Cette opération s’est inscrite dans la continuation de l’opération Serval menée par les militaires français en 2013-2014 au Mali. Selon le ministère français des Armées, plus de 5.000 hommes ont participé à l’opération Barkhane.

TASS

ADS

 

Lire aussi : Libération de trois soldats ivoiriens : le résultat du génie diplomatique de Faure Gnassingbé
Lire aussi : Mali : le parti d’Aliou Diallo satisfait de la nouvelle loi électorale

ADS

ADS

Les plus récents

Rechercher un article

ADS