Affaire Martinez Zogo. Les Syndicats des enseignants demandent au gouvernement de faire la lumière sur l'assassinat du journaliste Martinez Zogo

cameroun24.net Lundi le 23 Janvier 2023 Société Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
Dans un communiqué parvenu à la rédaction de cameroun24, une dizaine de syndicats d'enseignants accusent les autorités d'avoir abandonné le journaliste au moment où il avait le plus besoin.

ADS



«Le présentateur de l'émission « embouteillages » sur Amplitude FM, Martinez ZOGO, a été enlevé le 17 janvier 2023. Assassiné dans des conditions d'une brutalité insoutenable, son corps complètement déshumanisé a été retrouvé le 22 janvier 2023.

En tant que travailleuses et travailleurs de l'éducation, citoyennes et citoyens d'une République que nous nous évertuons par notre travail à éduquer aux valeurs fondamentales des droits humains, nous dénonçons et condamnons avec la plus grande fermeté cet acte à la fois odieux et barbare, digne d'une société qui s'animalise regrettablement. Ce n'est pas là la République que nous voulons pour nos enfants.

Pendant le temps de la disparition de M. Martinez Zogo, enlevé alors qu'il recherchait désespérément la protection des forces de sécurité et que celles-ci lui ont fermé la porte au nez au moment fatidique, aucune action visible de l'Etat n'a été entreprise officiellement pour mettre en garde ses ravisseurs afin d'aider à le retrouver vivant.

Dans un Etat dit de droit, il y a là des responsabilités à établir et nous exigeons que toute la lumière soit faite sur ce énième assassinat de Camerounais que l'on martyrise au nom de leur opinion.

A cette occasion, nous, les syndicats d'enseignants du Cameroun, présentons nos sincères condoléances à sa famille biologique ainsi qu'à la grande famille des médias et les rassurons de notre soutien inconditionnel.»
, lit-on dans le communiqué signé à Yaoundé le 23 janvier 2023, par ces syndicats.

Le journaliste Martinez Zogo a été enlevé le 17 janvier dernier par des hommes cagoulés alors qu'il regagnait son domicile. 5 jours plus tard, sont corps mutilés en état de putréfaction sera découvert à Ebogo, un quartier de Soa, dans la Mefou et Afamba. Le gouvernement camerounais a promis de faire la lumière sur ce crime crapuleux.

Dans la soirée du dimanche 22 janvier 2023, les populations de la Lékié ont bloqué les ponts qui relient le Mbam et Kim, leur département et le Mfoundi, qui abrite Yaoundé la capitale camerounaise. Ces derniers exigent la manifestation de la vérité et la justice après l'assassinat de Martinez Zogo, un fils de leur localité.

Le 23 Janvier, la Fédération des Éditeurs de Presse que dirige le journaliste Haman Mana, a organisé une chapelle ardente devant les locaux de Amplitudes FM qui employait le journaliste, pour lui rendre un vibrant hommage et surtout pour réclamer que justice soit faite.

Didier Cebas K.

ADS

 

Lire aussi : Les avocats des ayants droit de feu Martinez Zogo dénoncent des imposteurs qui collectent l'argent pour ses obsèques
Lire aussi : Assassinat de Martinez Zogo : cinq questions pour comprendre une affaire d’État
Lire aussi : David EBOUTOU : «Quel qu'en soit ton niveau de grandeur, de puissance, il viendra un moment où même la nature te fera descendre de ton piédestal !»

ADS

ADS

Les plus récents

Rechercher un article

ADS