Cameroun - Communication. Le CNC sanctionne plusieurs journalistes et organes de presse au Cameroun

cameroun24.net Mercredi le 07 Avril 2021 Culture Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
Les sanctions vont de d'un mois de suspension à plus pour certains journalistes et directeurs de publications. D'autres ont simplement écopés d'avertissement a appris cameroun24.

ADS


La sanction la plus commenté est celle du journaliste Sismondi Barlev Bidjocka et sa Radio RIS dans l'affaire qui l'opposait au Secrétaire Général de la Présidence de la République, Ferdinand Ngoh Ngoh. Le journaliste écope de trois de suspension.

L'on se rappelle que son invité lors de l’émission querellée, le professeur Messanga Nyamding, avait été relevé de ses fonctions de chef de département de la prestigieuse école de relations internationales IRIC, pour être envoyé en complément d'effectif dans une université au Nord du pays.

Ces derniers n'ont pas pu prouver devant le CNC, les accusations de détournement des fonds de la CAN 2019 au Cameroun par le président de TASK Force qui gère les chantiers de la CAN, logé à la présidence de la République.

Ces mêmes accusations sont reprises en cœur par les partis d'opposition. Aucun audit n'a été fait et la justice n'a jamais été saisi d'un camp comme dans l'autre.

Guy F. FOSSO
 

cnc_sanctions_1

cnc_sanctions_2

Lire aussi : Le CNC sanctionne plusieurs journalistes et organes de presse au Cameroun
Lire aussi : Les contenus sur Facebook pourront désormais être vérifiés par un organisme de fact-checking

Facebook

ADS

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Rechercher un article

ADS