Cameroun - Livre. L'avocat Christian Ntimbane Bomo répond à l'écrivain Patrice Nganang qui le régime de Yaoundé de tribaliser le livre scolaire

cameroun24.net Vendredi le 22 Janvier 2021 Culture Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
RÉPONSE A PATRICE NGANANG À LA SUITE DE SON ARTICLE SUR LA TRIBALISATION DU LIVRE ÉDUCATIF AU CAMEROUN.

ADS


Je me donnerais toujours le temps et le devoir  de déconstruire toute manœuvre de haine tribale dans notre pays, pour ne pas laisser circuler le venin du tribalisme qui nous détruira et compromettre l'avenir de nos enfants.

Je ne suivrais pas ceux qui demandent de ne pas répondre.
C'est de l'hypocrisie. Car ayant constaté que ceux qui demandent sous cape de ne pas réagir approuvent, partagent et like souvent des posts de cette nature.

J'ai pris connaissance de l'article de Monsieur Patrice Nganang portant sur la  dénonciation de la tribalisation du livre scolaire au Cameroun.

Nganang accuse les gouvernements camerounais  d'avoir exclu des programmes éducatifs les livres écrits, sans les citer, des écrivains d'origine bamileke, anglophone et nordistes.
En réalité, Patrice Nganang, par ailleurs écrivain, nous invite désormais  à un regard tribaliste sur la programmation du livre dans nos écoles, collèges et lycées.

Pour lui, il est désormais important que  le jeune enfant camerounais qui va à l'école, au collège ou au  lycée, commence à scruter les origines ethniques  des auteurs des livres qui sont à son programme.

La connaissance selon Nganang devra désormais avoir sa tribu, son ethnie, sa race.
Où est donc l'universalité de la science, celle qui transcende les origines, les classes, pour être ce qu'elle est : le don de l'humanité ?

Jusqu'où Patrice Nganang poussera t-il sa haine contre les betis et bulu  ?

Parce que c'est de ça qu'il s'agit en lecture profonde de son texte.
Il tente de créer une solidarité politique Bamileke-nordiste-anglophone contre les Beti-bulu.
Jusqu'où essaiera t-il  de provoquer un génocide beti-bulu au Cameroun, parce qu'un bulu est au pouvoir ?

S'il est légitime de vouloir  comme nous autres , l'alternance démocratique dans notre pays, a t-on besoin de semer autant de haine entre camerounais, y compris dans les cœurs de nos enfants ?
L'alternance qui est souhaitée par les camerounais   ne se veut  pas le raccourci d'une guerre tribale.

Elle est partisane c'est à dire autour des partis politiques intégrateurs de tous les camerounais et de la société civile de changement.

Encore que ce que Nganang  écrit est  totalement  injustifié.
Il n'existe aucune volonté de tribalisation de la programmation du livre.
Le livre  au Cameroun tient sa programmation dans l'esprit  les accords secrets de défense de 1958 et non dans un savant calcul tribal.

Il ressortait des dispositions de ce traité que la culture et l'éducation  seraient contrôlées par la puissance colonisatrice, qui avait bien compris que ces secteurs participent à renforcer  l'assimilation civilisatrice occidentale de l'homme noir dans un rapport de dominant-- dominé, maître et colonisé.

La prééminence historique  des auteurs d'origine beti- bassa ou Sawa dans l'écriture littéraire  dérive  d'un fait  indéniable : la création des premières écoles occidentales dans ces zones.
Patrice Nganang a t-il oublié que le premier livre  de littérature camerounaise  titré "Nnanga Kon", écrit en 1932,primé à l'international, est celui de  Jean Louis Djemba Medou,un bulu ?
La prépondérance des auteurs beti- bassa et Sawa se justifierait aussi par leur  bonne qualité d'écriture acquise  au contact des écoles missionnaires françaises.

La reconnaissance de leur art, transcende encore de nos jours, les limites frontalières camerounaises pour s'imposer dans toute l'Afrique.

Quel système d'éducation de pays francophone   n'a  pas programmé Le vieux Nègre et la Médaille de  Ferdinand Leopold Oyono, Ville Cruelle de Mongo Beti, De la Médiocrité à l'excellence d'Ebenezer Njoh Mouelle, la crise du Muntu de Fabien Eboussi Bulaga, Essai sur la problématique philosophique de l'Afrique  actuelle de Marcie Towa, un enfant comme les autres de Pabe Mongo... ?
Le choix de ces livres dans les programmes educatifs dans d'autres pays africains  avaient-ils aussi des velléités tribalistes ou stigmatisaient les  bamileke-anglophone-- nordiste du Cameroun ?
Et pour parler de cette démarche caricaturale des bamileke dans un ou deux livres tel  le personnage Wamakoul de Pabe Mongo, que dire du Vieux Nègre et la Médaille de Ferdinand Oyono, moquant les frasques   et  le quotidien de   Meka, ce villageois bulu-fong de la région du Sud ?
En outre, ce que Patrice Nganang essaie d'occulter, c'est que l'éducation du jeune camerounais ne se limite pas à la littérature scolaire.

La formation éducative de l'élite camerounaise se fait dans sa phase la plus impactante  au niveau de l'enseignement supérieur.

C'est principalement cette élite là, qui structure la pensée  de la société.
Et dans nos universités et grandes écoles ,   les livres des universitaires  camerounais d'origine bamileke, anglophone et du Nord façonne les intelligences de notre peuple.

Qui peut nier le fort marquage scientifique des livres supports des cours des fils originaires de l'ouest et anglophone tels que Ambroise Kom,  Sindjoun Pokam, Boula Boutake et bien d'autres  sur la formation littéraire et philosophique  de la jeunesse camerounaise ?

Que dire de tous ces grands noms bamileke et anglophone dont les livres  ont  pratiquement  formé toute cette  élite brillante du droit, des sciences politiques et de l'économie au Cameroun : Kontchou Komegne, Nkouedjin Yontda, Lekene Donfack, Paul Gerard Pougoue, Maurice Kamto, François Anoukaha, Sidjoun Luc, Kenfack, Kombou.... Germain Djiende, Nganou J. Marie, Kobou, Ntamark Peter, Aletum, Angwafor, Carlson Ayangwe, Sendze...?


Christian Ntimbane Bomo
Société Civile Critique.

Facebook

ADS

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Rechercher un article

ADS