Cameroun - Santé. De quoi est mort le célèbre journaliste camerounais Amobé Mevengue ?

cameroun24.net Jeudi le 09 Septembre 2021 Opinion Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
Dans une tribune que cameroun24 a pu consulter, le médecin de santé publique, Roger Etoa, revient sur la mort de cet illustre citoyen et donne au passage 8 conseils à la diaspora africaine.

ADS


DE QUOI EST MORT AMOBE MEVEGUE ? 08 CONSEILS MÉDICAUX GRATUITS À LA DIASPORA AFRICAINE...


Pour l'instant on ne sait pas de quoi de quoi le célèbre journaliste Amobe Mevegue est décédé. Comme tout africain qui se respecte, on attribue la cause de sa disparition aux rites traditionnels qu'il a fait lors de son dernier séjour au Cameroun à l'occasion des obsèques de l'un de ses proches. C'est possible.

Mais en tant que cartésien, je pense un peu autrement.
J'ai constaté que l'une des erreurs fréquemment commises par les membres de la diaspora camerounaise qui prépare son retour au bercail est de croire que rien a changé depuis leur départ dans leur organisme. Une fois au pays, pour ne pas paraître "snob", beaucoup s'affichent en mangeant les beignets-haricots dans les rues, participent aux fêtes mondaines, embrassent tout le monde, font des rites traditionnels où on se partagent les mêmes objets (kola, verres, boissons, ustensiles) et surtout.... dorment sans moustiquaires !

Il pensent sûrement que les moustiques du pays les ont reconnu, qu'ils ont gardé la même résistance aux germes de leur enfance pendant  tout leur séjour à l'étranger,  qu'ils ne sont pas devenues "fragiles comme les blancs".

Ce qui est complètement faux! L'occident est un endroit où depuis 2 siècles d'énormes progrès ont été fait en matière d'hygiène et de salubrité. Pendant que les maladies infectieuses constituent encore la première cause de mortalité en Afrique, en occident, elles se retrouvent parmi les dernières. La bas, la mortalité est dominée par les maladies cancéreuses, métaboliques, voir des causes violentes.

Quand vous vivez dans un endroit plus aseptisé, vous êtes moins disposé à faire des infections (qu'elles soient bactériennes, parasitaires ou virales). Quand vous faites moins d'infections, le niveau de vos anticorps préparés pour riposter à ces infections baisse avec le temps. L'une des causes qui explique la disparité de gravité de la pandémie de Covid19 entre l'occident et l'Afrique est la présence chez les africains d'anticorps croisés, dûs aux infections antérieures, qui freinent le développement naturel de la maladie chez eux.

Plus longtemps on reste en occident, moins on a d'anticorps contre les maladies dites tropicales (paludisme, fièvre typhoïde, amibes, etc...).  Si on a déjà fait 10, 15 ou 20 ans à l'étranger, on est quasiment au même niveau d'anticorps contre les germes tropicaux que les "blancs".  
C'est la raison pour laquelle tout membre de la diaspora ayant fait au moins 2 ans à l'étranger doit BIEN PRÉPARER SON RETOUR au bercail.  À cet effet, je formule les recommandations suivantes :
1. PRENDRE UN RDV CHEZ UN MÉDECIN  au moins 1 mois avant son voyage en Afrique. Un médecin spécialisé en maladies tropicales serait l'idéal;

2. DEBUTEZ UN TRAITEMENT PROPHYLACTIQUE CONTRE LE PALUDISME, tueur N°1 en Afrique.  En rappel un paludisme chez un sujet "neuf" (personne n'ayant jamais eu le paludisme ou l'ayant eu depuis des longues années) est considéré comme un paludisme grave et nécessite une hospitalisation immédiate, même sans fièvre et sans fatigue! Il existe des médicaments comme la Savarine ou Malarone, et bien d'autres qui vous seront prescrits par votre médecin en occident. En général vous commencez à prendre ces médicaments avant d'arriver en Afrique, pendant votre séjour et quelques jours après votre retour;

3. Prenez où METTEZ À JOUR VOS VACCINS  utiles pour votre séjour en Afrique (vaccins contre la fièvre typhoïde, choléra, hépatite, Covid19, etc...);

4. Constituez une TROUSSE MÉDICALE D'URGENGE  avec des médicaments contre les gastro-entérites,  la fièvre et douleurs, blessures et plaies, brûlures, allergies, etc...);

5. Au pays soyez chaleureux, mais NE BAISSEZ PAS LE NIVEAU DE VIGILANCE SANITAIRE; Ne mangez pas en route, à moins de s'assurer que les repas sont chauds ou que vous veniez avec vos propres ustensiles (assiettes, thermos). Par exemple pour les beignets-haricots, nos mamans au bord de la route, n'ont pas toujours une grande quantité d'eau courante et de savon pour bien laver les plats et cuillères.  Les membres de la diaspora sont régulièrement invités dans des cérémonies (mariages, baptêmes, obsèques). Si vous y allez, ne mangez que ce qui est contenus dans les marmites chauffantes. Ne prenez pas de repas froids  ou de salades. En général, ces salades sont préparés en journée et mal conservées jusqu'aux heures d'ouverture du buffet en général très tardives en Afrique (15h pour les obsèques, 18h pour les baptêmes, minuit, voir 2h du matin pour les  mariages. Je répète dans les buffets, ne touchez pas les salades et autres plats d'entrée même si la présentation et la décoration du chef cuisinier est très belle! Ce sont à cette heure là des bouillons de Microbes. Des bombes de Microbes !

La pandémie n'est pas terminée : Respectez les gestes barrières ! Pas d'etreintes et d'accolades chaleureuses, même pour des amis de longues dates qu'on est émus de revoir! Un salut du coude suffit. Port de masques milieu de foule, flacon de poche de gel hydroalcoolique toujours à portée de mains. Même si on vous accusé d'être parano ou hypocondriaque, ça ne fait rien. Protégez votre vie. Vous n'en avez qu'une seule!

6. DORMEZ TOUS LES JOURS SOUS MOUSTIQUAIRES. Ne vous fiez pas aux beaux appartements meublés et hôtels de luxe du pays. Tous sont bourrés de moustiques. Si vous pensez que je ment, allez demander à la journaliste nigerianne Mimi Fawaz! À Douala par exemple, je n'ai jamais vu autant de moustiques en pleine journée comme dans un quartier résidentiel comme Bonapriso. Dans vos effets personnels, ajoutez une moustiquaire de poche. Ça vous aidera même quand vous irez au village pour des cérémonies ou rendre juste une visite de courtoisie;

7. AYEZ DES CONTACTS D'URGENCE au pays (une clinique privée, un ami médecin ou pharmacien ou paramédical). Mettez à jour votre assurance maladie ou rapatriement. Ne dilapidez pas tout l'argent dans les "farotages" et dépenses non essentielles, même si on vous accusé d'être "chiche". Gardez un peu d'argent de côté jusqu'au dernier jour pour parer à toute éventualité. S'il vous en reste encore un peu le jour du décollage, vous pourrez donc vous montrer généreux à l'aéroport en étant sur que tout est prêt, y compris votre test Covid!

8. Au retour en occident, COURREZ LA PREMIERE SEMAINE REVOIR VOTRE MÉDECIN TRAITANT ou un médecin spécialiste en maladies tropicales. Faites un bilan de santé. surtout un bilan infectieux. Emportez avec vous d'Afrique quelques médicaments des maladies tropicales rares ou absents des pharmacies en occident (paludisme, vers intestinaux, amibes, fièvre typhoïde, filaires, etc...). Un paludisme peut vous foudroyer en 2 ou 3 jours à votre retour. Même les meilleurs hôpitaux la bas ne peuvent rien faire s'ils n'ont pas de service ou d'experts de maladies de tropicales (ce qui est frequent). Après on dira seulement qu'on vous a mangé dans la sorcellerie !
À bon entendeur...

Dr Roger Etoa
Médecin de santé publique

 

NDLR: Selon son employeur France Media Monde, Amobe Mevengue présentait des symptômes de Covid-19 est décédé d'accès palustre sévère.

Lire aussi : Marcel Niat et Mbombo Njoya évacués hier en Europe
Lire aussi : De quoi est mort le célèbre journaliste camerounais Amobé Mevengue ?

Facebook

ADS

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Rechercher un article

ADS