Cameroun - Education. Pédagogie : “ nouveaux programmes scolaires rendent les élèves paresseux” dixit Jean Simo

cameroun24.net Lundi le 30 Décembre 2019 Culture Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
Le président du Syndicat national des établissements privés laïcs du Cameroun évalue les nouvelles méthodes pédagogiques au terme du premier trimestre de l’année scolaire écrit le quotidien privé Mutations.

ADS


Au terme du premier trimestre de l’année scolaire en cours, comment jugez les nouvelles approches ?
Il faut avouer que les choses ont changé plutôt négativement. Les années antérieures on parlait de séquences, toutes les trois semaines on composait. On mettait les enfants sous pression pour travailler. Mais aujourd’hui, il faut composer au moins deux fois par trimestre. Vous-même vous comprenez que les enfants sont un peu libérés. Cette manière ne nous arrange pas, puisque nous sommes à la quête des résultats, nous sommes obligés de nous plaindre. Avec le nouveau système, ça rend les enfants paresseux, les enfants n’aiment pas travailler. Ça rend aussi paresseux les enseignants. Quand vous ouvrez les brèches aux élèves et aux enseignants, ils prennent tout leur temps pour faire deux devoirs par trimestre vous-même vous voyez que c’est minable. Le premier trimestre qui a fait quatre mois on a fait juste deux devoirs. C’est laisser trop libre les enfants. Dans le privé la force c’est le travail. Donc ça ne nous arrange pas. Il faut évaluer les enfants au jour le jour, les mettre sous pression.

En tant que président de syndicat, quel est le message que vous passé au ministre des Enseignements secondaires ?
La première chose c’est qu’on ne nous considère pas. On ne nous informe pas. Je dis au ministre que l’ancien système, celui qui prévoyait de faire des séquences était bien parce qu’il permettait aux parents et à l’établissement de suivre le travail de l’enfant au quotidien. Quand les parents ne sont pas en contact direct avec le travail et attendent en fin de trimestre pour voir ce que l’enfant a fait, vous voyez qu’il y a quelque chose qui ne va pas. Nous n’avons pas été consulté par le ministère avant la mise en place du nouveau système, c’est comme si le syndicat n’a pas de place au niveau du ministère.

Au terme du premier trimestre vous êtes satisfait du travail abattu par les établissements scolaires ?
Au niveau du primaire il y a eu des changements comme l’entrée dans le programme des langues maternelles sans nous aviser et sans augmenter les heures dans le programme. Pour les langues, qui vont enseigner ? Quel enseignant ? Quelles langues à enseigner ? Je demande aux différents fondateurs d’être plus regardants sur le travail des enfants, sinon ça n’ira pas. Autre chose que je reproche au ministère, c’est la création des établissements scolaires en désordre. Sur un périmètre de 200 mètres il y a au moins 5 établissements scolaires. C’est la de concurrence déloyale. Autre chose, les élèves sont de plus en plus délinquants. L’indiscipline est généralisée. Il y a un énorme travail à faire.
 

Hugo Tatchuam (Jade)

Lire aussi : Recrutement et formation des enseignants inclusifs au CJARC
Lire aussi : Paul Biya entre dans les programmes scolaires au Cameroun

Facebook

ADS

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Rechercher un article

ADS