Cameroun - Football. Martin Hongla : «Dans ma famille on n'épouse pas les Bamilékés»

cameroun24.net Lundi le 18 Septembre 2023 Pensée du Jour Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
Les propos tenus par l'international camerounais accusé de tribalisme, suscitent une vive polémique dans les réseaux sociaux.

ADS


Le milieu défensif des lions indomptables évoluant au Hellas Vérone en Italie, Martin Hongla, est au cœur d'une vive polémique dans les réseaux sociaux.

Une conversation de ce dernier sur snapchat avec un fan fait en ce moment le tour de la toile. Dans ce long échange, une phrase controversée divise les camerounais :

«Dans ma famille on n'épouse pas les Bamilékés», déclare le natif de Yaoundé que certains accusent de tribalisme anti-bamiléké.

Pour ses soutiens, il est libre d'épouser une femme d'une région de son choix et le dire n'est pas du tribalisme.

Faux rétorque un autre internaute, Adrien, qui pensent que pour un lion indomptable qui défend les couleurs nationales, tenir de tels propos dans l'espace public, divise les camerounais plus qu'autre chose et c'est regrettable pour quelqu'un qui joue en équipe nationale symbole de l'unité nationale au Cameroun.

Pour lui Martin Hongla qui semble avoir déjà été écarté de l'équipe nationale par le coach Rigobert Song qui ne l'a pas appelé lors du dernier regroupement des lions indomptables, devrait sévèrement être punis par la commission d'éthique de la FECAFOOT.

Un avis que partage une autre internaute, Chimène, qui pense que l'on peut décider de ne pas épouser une femme sur le critère de beauté physique (qui est relatif), de niveau intellectuel, d'affinité ou de gout, etc. Mais le faire sur la base du critère ethnique est clairement tribaliste, pire encore lorsqu'on exclue tout un groupe ethnique. "Sa famille serait donc bercée au biberon du tribalisme", ajoute-t-elle.

Le joueur de 25 ans, qui avait déjà refusé de saluer le coach Adjoint Raymond Kalla Nkongo lors d'un remplacement en coupe du monde FIFA Qatar 2022, a choisi de se murer dans le silence, alors qu'au même moment des voix s'élèvent pour réclamer une réaction de la FECAFOOT et surtout celle la commission du multiculturalisme qui a entre autres pour mission de combattre le tribalisme sous toute ses formes au Cameroun.

Lucien ABEMBE
 

ADS

 

Lire aussi : Eding Sport de la Lekié interdit de recrutement par la FIFA
Lire aussi : Baromètre Synafoc : voici les 7 clubs qui n'ont payé aucun salaire à leurs joueurs depuis le début de la saison

ADS

ADS

Les plus récents

Rechercher un article

ADS

ADS