Affaire Kamto. Le politologue Pierre Nka dévoile d'où vient la force de Maurice Kamto

cameroun24.net Lundi le 14 Septembre 2020 Opinion Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
Dans une tribune parvenu à la rédaction de cameroun24, le politologue présente une grille d'analyse de la force du leader du MRC.

ADS

« D'OÙ VIENT LA FORCE DE M. KAMTO? »
Par le Docteur Pierre Nka, journaliste et politologue.



Cette question étonne à première vue. Mais, elle mérite qu'on s'y attarde. Sur toutes les plateformes, son CV est disponible. Ce n'est pas de ça que je parle ici.
Je questionne la reprise de ce qu'il appelle Plan de résistance. À chacune des étapes, il a eu des résultats divers. Certains critiquant sa détermination sous le prétexte qu'il va droit au mur. D'autres arguant qu'il n'est qu'à la tête d'un "Petit parti politique".

De toutes lectures, la réalité tend à prouver le contraire. En effet, dans la tête de  M. Kamto, il affute ses arguments à la place des armes. Pour sa ligne d'arrivée. Pas celle de ses contradicteurs. Pas celle d'une course de vitesse, mais celle même de la Résistance comme il a baptisé son Plan. Qui dit résistance, dit patience. Détermination aussi.

Au niveau mental, après les années de braise de 1990, M. Kamto est le seul acteur politique qui a une équipe d'anciens prisonniers. Certains sont encore en prison. Il compte les sortir de là.

Les arrestations de 2019 auraient pu fragiliser son parti. Que non. Il a plutôt gagné les coeurs des Camerounais. Il a donc l'expérience de la Résistance à l'ère des réseaux sociaux. Mais aussi sur le terrain.

Les centaines de prisonniers politiques de 2019 ont encore en mémoire les sévices. Ils en ont fait des récits à leur famille. Un documentaire est même préparé au sein du parti pour galvaniser le foule.

M. Kamto sait aussi qu'il a le coeur de la diaspora. C'est elle qui peut influencer sur les 4 coins du monde. La mobilisation sera aussi proportionnelle à ce qui se passera au Cameroun. Comme des vases communicants les Camerounais résistants de l'intérieur seront au diapason avec ceux de l'extérieur.

C'est d'ailleurs de cet extérieur que M. Kamto trouve encore une autre énergie. Un membre de la diaspora camerounaise en France a réussi à faire dire au président de la République française qu'il était l'initiateur de la libération de M. Kamto. Ce dernier n'a rien demandé officiellement à M. Macron. On peut donc interpréter aisément que M. Kamto a signé le visa pour la délégation du Cameroun à Lyon au dernier trimestre 2019.

Le Gouvernement français sera donc en dernier ressort celui qui tirera les ficelles. S'il veut, M. Kamto et ses partisans seront pris en tenaille par le régime de Yaounde. Comme M. Macron peut aussi laisser faire.

C'est à ce niveau hautement stratégique que se joue l'action. On n'est plus dans le global. Mais le local avec la tactique. C'est d'ailleurs l'une des raisons pour lesquelles le MRC a suspendu sa participation dans les médias classiques. Curieusement, le MRC reste dans le menu des télévisions et des hommes politiques  voilent mal leur adresse au MRC.
Dans cette guerre sans effusion de sang, les réseaux sociaux seront un autre espace à contrôler. Il est clairement admis que devant les CIToyens normaux, physiques, il y a les NEToyens sur Facebook, Whatsapp, Twitter, YouTube etc.

L'existence d'une République virtuelle sur les réseaux sociaux commande une attention particulière. Là-bas, il ne faut quasiment pas d'autorisation de manifester. Il y aura aussi une pluie de Fake news dans les prochains jours.

Les NEToyens et les CIToyens devront faire attention. Même si l'incertitude n'est pas à craindre avec l'imprévu, la sortie des Gouverneurs des régions du Centre et du Littoral est mal venue.
En terme de stratégie, le sérail a mal fait de convoquer ce corps électoral après l'ultimatum, un énième de M. Kamto. Depuis sa convocation, la machine administrative est aux tractations. De plus, les 90 sanctions avec exclusions au sein du RDPC ne sont pas un adjuvant. Surtout que parmi les exclus, figurent des hauts cadres qui disaient vertement que les Camerounais sont des "morts vivants". Ce qui montre une disposition d'esprit à jouer le jeu de la Résistance.
Ayant dit ce qui précède, il faut une solution. Oui. M. Kamto, après nous au lendemain de sa sortie d'octobre 2019, l'a dit lui même. Sa main "reste tendue" pour vider un quelconque passif avec le régime après les événements d'octobre 2018. Nous croyons à ce dialogue nécessaire.  Même si la périphérie du pouvoir est contre, nous proposons une Rencontre Biya - Kamto pour l'image du Cameroun.

Si c'est le Président Paul Biya qui a envoyé M. Nkuete à Ekite à Edea pour un hommage pour les 62 ans du lâche et barbare assassinat de Um Nyobe, il ne faut pas que le gouvernement de M. Biya érige la répression aux citoyens Camerounais qui veulent passer un message.
Le faire, c'est donner raisons à cette périphérie du pouvoir, minoritaire par rapport aux citoyens d'une distance entre le pouvoir et le citoyen. En democratie, celle du Cameroun a 30 ans en 2020, on écoute et on trouve le CONSENSUS sincère.


La Communauté internationale est muette. ONU, UE, UA et les autres: Coupables ou Complices? L'avenir dira.

Par le Docteur Pierre Nka, journaliste et politologue.

Facebook

ADS

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Rechercher un article

ADS