Cameroun - Politique. Le MRC dénonce un campagne de diabolisation par le régime de Yaoundé

cameroun24.net Mercredi le 28 Juillet 2021 Société Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
Dans un communiqué parvenu à la rédaction de cameroun24, le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun fustige le tribalisme d'Etat et une campagne savamment orchestrée contre le pouvoir de Yaoundé pour le diaboliser.

ADS


COMMUNIQUÉ DE PRESSE RELATIF À LA CAMPAGNE D'ÉTAT CONSISTANT  À LA DIABOLISATION DU MRC ET DE SON LEADER

MOUVEMENT POUR LA RENAISSANCE DU CAMEROUN
CAMEROON RENAISSANCE MOVEMENT
MRC CRM

COMMUNIQUE DE PRESSE



Depuis son engagement en politique, Le Professeur Maurice KAMTO fait l'objet de toutes sortes de calomnies, de menaces et d'insultes les plus abjectes sous le regard indifférent des autorités.

Tout se passe comme si son engagement en politique lui a retiré
les droits que la constitution et les lois de notre pays garantissent à chacun d'entre nous.

Le matériel du MRC a été brûlé publiquement par une délégation
conduite par le président de l'assemblée nationale dans l'extrême-nord du pays avec la complicité des forces de maintien de l'ordre.

À mondovision, MESSANHA NYAMDING a porté des accusations très graves portant sur les mœurs peu orthodoxes, selon lui, de Maurice KAMTO et aucune des procédures judiciaires engagées par ce dernier n'a prospéré jusqu'à ce jour parce que la justice de notre pays déclare son incapacité à identifier le mis en cause.

Nous avons vu le 15 juillet dernier un compatriote, qui s'appellerait Billy Akele, après des menaces dans les réseaux sociaux, se rendre, armecameroun24.net au poing, chez Maurice KAMTO en plein jour l'insulter, tambouriner sur son portail et le menacer de mort sans la moindre intervention des forces de l'ordre dont les services ne sont pourtant pas éloignés de son
domicile.

Et, curieusement au lieu de bénéficier de la solidarité des leaders de l'opposition, nous constatons que des militants de plusieurs partis d'opposition s'érigent en relais de cette violence contre le MRC et son leader avec le soutien de leurs principaux dirigeants, pour certains. L'un d'eux, militant d'un parti représenté à l'assemblée nationale, a récemment accusé Maurice Kamto d'avoir « violé plusieurs garçons au MRC », Allant plus loin encore, il menace d'insurrection armée si Maurice
Kamto arrivait au pouvoir. C'est des propos très graves.

L'administration est mise à contribution pour persécuter Maurice
KAMTO et le MRC dont le crime est de s'opposer au régime de Paul Biya.
Entre la répression des forces de l'ordre, le déni de justice relativement aux procédures judiciaires initiées par Maurice KAMTO et l'interdiction  Systématique des réunions et manifestations publiques organisées, tout y passe, Tous les prétextes sont bons pour humilier, brimer et intimider Maurice KAMTO et le MRC. Mme Marie Claire NNANA, directrice d'un média à capitaux publics maintenu illégalement en poste par un président lui-même illégitime, s'est trouvé obligé de faire tout un éditorial pour accabler le MRC dans le but de garder éternellement son poste comme l'éternel président qui les nomme en violation de toutes les lois du Cameroun.

Les pouvoirs publics orchestrent une campagne mensongère
consistant à accuser le Pr. Kamto du saccage des ambassades à
l'étranger alors que les auteurs de ces faits se sont identifiés et ont toujours dit qu'ils n'ont aucun lien avec lui. Ils ont par ailleurs été jugés par la justice française sans que, à aucun moment, on n'ait évoqué l'implication du Pr. Kamto dans cette affaire. Plus surprenant encore le fait que le gouvernement n'ait pas fait écho de cette décision de la
justice française, qui en soi, confirme que le Professeur Kamto n'était en rien concerné par cette affaire. Ce n'aurait pas été trop demandé que de s'attendre à ce que les membres du gouvernement qui ont injustement accablé leur compatriote Maurice Kamto reconnaissent qu'ils s'étaient trompés à défaut de lui présenter des excuses.

D'autre part, le même gouvernement entretient une campagne de
haine tribale en essayant d'imputer au Professeur Kamto des propos au motif qu'il aurait introduit le tribalisme devant le conseil constitutionnel.
Ils ont délibérément perverti des propos qui exprimaient l'amour que le Professeur Kamto porte pour chaque communauté camerounaise au point de se dire prêt à passer un concours pour être l'un des leurs. Ces propos, ils les avaient tenus déjà lors de la campagne électorale de 2018 en réaction à des interventions de militants ou sympathisants du MRC qui lui disaient que leurs élites leur demandaient toujours ce qu'ils
faisaient avec un bamiléké. On peut voir à titre illustratif des extraits de ses meetings à Bibey dans la Haute-Sanaga, à Puma dans le Nyong et Kellé et à chaque fois, il a rappelé, comme devant le conseil constitutionnel, qu'aucun camerounais n'a choisi de naître là où il est né.

Lors des différentes arrestations arbitraires, divers responsables de la sécurité bien identifiés ont, à plusieurs reprises, torturé nos militants et sympathisants illégalement détenus en leur lançant qu'ils ne laisseront jamais Maurice KAMTO accéder au pouvoir. Au SED, à la SEMIL, Dans divers commissariats de la ville de Yaoundé, Douala, Bafoussam, Bafang etc. sans aucun complexe, ces responsables de la sécurité ont publiquement clamé leur haine contre le Président Maurice KAMTO et sa communauté. Jusqu'ici, aucun d'eux n'a été inquiété par le
régime . Le Gouvernement n'a ouvert aucune enquête pour ces dérives haineuses, au contraire certains des responsables ont même été promus.

Enfin, le pouvoir, qui s'empêtre dans une guerre fratricide dans le NoSo, veut faire croire aux camerounais que le Professeur Kamto serait de près ou de loin un soutien aux ambazoniens. C'est une accusation d'autant plus grave, outrageante et inacceptable qu'elle ne repose sur le moindre fondement

Les positions du MRC en faveur de la préservation de l'intégrité
territoriale du Cameroun, du dialogue inclusif et d'une solution de type fédéral pour notre pays sont connues. Sauf une mauvaise foi aveuglante, chacun connait le patriotisme du Professeur Kamto, il ne peut avoir contribué pendant de près de deux décennies à la défense et à la préservation de l'intégrité territoriale de notre pays pour militer ensuite pour sa partition. La haine et la soif de conserver le pourvoir à tous les prix n'autorisent pas tout. Mais nous n'avons aucun doute que les camerounais savent faire la part des choses et qu'ils savent où se trouve la vérité.

 

À ceux qui, dans leur stratégie de manipulation et d'abroutissement des masses vous diront qu'on insulte Paul BIYA tous les jours, nous disons que chaque camerounaise ou chaque camerounais a le droit de l'interpeller sans insultes ni attaques personnelles contrairement à Maurice KAMTO qui ne doit rien à personne et qui ne gère rien qui appartienne à tous les camerounais pour l'instant jusqu'à ce que le peuple lui accorde sa confiance et puisse donc lui demander des comptes.

Au vu de tout ce qui précède, le MRC tient à réaffirmer sa
détermination à aller jusqu'au bout de son combat, et rien, ni personne, ne pourra l'en empêcher.

Fait à  Yaoundé, le 27 juillet 2021
JOSEPH ATEBA
Secrétaire national chargé de la Communication



 

 

 

 

Lire aussi : Renouvellement des organes de Base du RDPC : La ville de Sangmelima sous haute tension
Lire aussi : Renouvellement des organes de Base du RDPC à Bengbis : Les militants confondent le «flambeau» aux «flammes»
Lire aussi : Le MRC «commémore» un an de détention de ses militants dans les geôles du régime de Yaoundé

Facebook

ADS

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Rechercher un article

ADS