Cameroun - Femmes. La chanteuse camerounaise Daphne Njie Efundem s'engage contre le viol

cameroun24.net Lundi le 28 Septembre 2020 Culture Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
Elle partage également son expérience d'ancienne fille violée par un inconnu dans son enfance.

ADS



Je m'appelle Daphne Njie Efundem. J’ai été violée dans mon enfance par une personne dont je ne me souviens plus. J'ai vécu une série de dépressions, de crises d’anxiété et de panique et une détérioration de ma santé en raison du traumatisme que j’ai traversé. J

e souffre d'attaques de panique et vomis à chaque fois que j'essaie de devenir intime parce que je sens la forte odeur de sa sueur et des flashbacks de la scène.Après la fin de ma première relation, je ne pouvais pas me pardonner d'avoir laissé un homme en moi à nouveau. Les choses ont empiré quand quelqu'un à qui je me suis confié m'a dit "regarde celle-là qui ne se souvient même pas qui a pris sa virginité" à ce moment-là, j'ai ete complètement abattu. . Je me sentais comme une chose sale et sans valeur.

En 2013, on m'a diagnostiqué un problème de santé, mais je n'ai pas pu recevoir de traitement en raison de ma peur de pénétrer quoi que ce soit dans mon vagin. J'ai fréquenté un certain nombre de gars qui ne pouvaient pas comprendre pourquoi je ne pouvais pas avoir de relations sexuelles. Certains d'entre eux pensaient que j'étais lesbienne, certains pensaient que j'avais vendu mon vagin de manière démoniaque pour le succès de ma carrière, certains croyaient simplement qu'en tant qu'artiste je dormais, c'est pourquoi je ne pouvais pas coucher avec eux. Cela fait presque dix ans que j'ai eu des relations sexuelles. Mon état de santé s'est détérioré au fil des ans.

Fin 2018, j'ai été transporté d'urgence à l'hôpital après m'être évanoui à cause d'une douleur aiguë et après analyse, le médecin a déclaré que le test le plus important pour mon état pouvait être effectué car je souffrais de «vaginisme». Il m'a référé à un psychologue / psychiatre Dr Eyoum où j'ai commencé la thérapie. Grâce à la thérapie, j’ai pu surmonter mes dépressions, je suis moins anxieuse, plus confiante en qui je suis et en mes capacités. Avec la coupe de mes cheveux, j'ai jeté tout ce qui entravait ma croissance d'une manière ou d'une autre (bien que cela ait également été fait pour soutenir une femme forte qui se bat contre le cancer) .Je peux dire que je suis `` né de nouveau '', prêt à être à nouveau une femme, affirmée, assumée, intrépide, pleinement autonome et responsabilisante.

Je suis toujours en cours de travail mais plutôt optimiste. Aujourd'hui, je vous invite tous à suivre ma fondation @bewomanbydaphne sur Instagram et Black Empowered Woman sur Facebook , ensemble luttons contre cet acte diabolique  de viol et d'abus sexuels et encourageons les soins de santé mentale et psychologique à travers la thérapie pour permettre à nos jeunes filles et femmes victimes de cet acte de grandir sans un frein à leur développement et à leur émancipation. Je raconte mon histoire pour vous faire savoir que vous n’êtes pas seul et que vous avez besoin d’aide. J'ai commencé @bewomanbydaphne parce que tant de femmes / filles souffrent des effets de la sexualité et ne savent pas qu'elles ont besoin d'aide ni où trouver de l'aide. Faisons cela ensemble.

Photo : Penjo BabaPENJO STUDIOS

Lire aussi : Minceur : 10 crèmes jolies jambes à faire soi-même
Lire aussi : Cameroun : Les Camerounaises se décapent de plus en plus la peau

Facebook

ADS

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Rechercher un article

ADS