Crise anglophone. Fame Ndongo : «Le RDPC désormais prêt à débattre sur la forme de l'Etat»

cameroun24.net Vendredi le 11 Juin 2021 Société Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
Ce revirement du parti au pouvoir fait la Une de notre confrère «Emergence» paru ce jour dans les kiosques a constaté cameroun24.

ADS


Le Cameroun depuis 2016 est déchiré par une violente guerre en zone en Anglophone qui menace l'unité du pays.

En effet des mouvements séparatistes armés mènent une guerre dans merci à l'armée régulière et réclament l'indépendance des régions anglophones du Cameroun.

A côté de ceux-ci, les plus modérés réclament plutôt le Fédéralisme comme solution pour mettre fin à la crise anglophone. Cette position est soutenu par des partis politiques de l'opposition comme le SDF, le CPP et le MRC, qui appellent le gouvernement à un dialogue inclusif pour régler cette crise.

Le RDPC, le parti le pouvoir qui a longtemps refusé tout dialogue sur le forme de l'Etat se dit désormais ouvert à cette possibilité, à en croire notre confrère «Emergence», qui cite «RFI», où se serait exprimé le secrétaire national à la communication du comité central du RDPC, un baron du régime de Yaoundé.

Ce changement de ton qui contraste avec la posture d'antan arrive au moment où le département d’État américain qui a effectué sa propre enquête a décidé de sanctions ciblés contre tous ceux qui empêchent la résolution de la crise anglophone aussi bien du côté du gouvernement que des groupes séparatistes.

Il ne reste plus qu'à passer du discours aux actes, pour la résolution définitive de cette crise qui menace gravement l'existence même de l’État camerounais tel qu'il se présente aujourd'hui.

Les régions anglophones du Cameroun sont frappés par un violent conflit qui oppose l'armée régulière à des séparatistes qui réclament l'indépendance de leurs régions.

Le conflit a déjà fait plus de 18 000 morts et un million de réfugiés et déplacés internes selon des ONGs locales internationales.

Le Sénat américains menace de sanctions ciblées les différents protagonistes gouvernementaux et séparatistes qui violent les Droits de l'Homme.

Plusieurs partis de l'opposition réunis au sein des forces pour le changement, la sécurité et la paix au Cameroun ont débuté le 22 septembre 2020 une série de manifestations pour demander au gouvernement de mettre fin à cette guerre

Ange NGO

Lire aussi : Amnesty International dénonce l'escalade de violence en zone anglophone du Cameroun
Lire aussi : L'armée annonce la neutralisation de 15 séparatistes
Lire aussi : L'armée camerounaise veut punir le Dr Fridolin Nke

Facebook

ADS

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Rechercher un article

ADS