Série: Les 20 pires « serial killers » du 20ème siècle ... Numéro 4: John Bunting, le psychopathe facho de Snowtown

Série: Les 20 pires « serial killers » du 20ème siècle ... Numéro 4: John Bunting, le psychopathe facho de Snowtown

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

John Bunting, le psychopathe facho de Snowtown

Lieu de ses crimes : Sud de l’Australie

Nombre de victimes : 12

Modus operandi : tortures

Signe particulier : transformait ses pulsions meurtrières en crimes de haine

Ancien militant néo-nazi, John Bunting commence sa série de meurtres en proclamant sa volonté de débarrasser Snowtown – petite ville située au Nord d’Adelaide en Australie – d’un homme suspecté de pédophilie. Entre août 1992 et mai 1999, sa folie meurtrière l’amène à prendre la tête d’une équipe de quatre assassins dans une série de ratonnades. Ils visent des individus qu’ils estiment pédophiles, homosexuels ou handicapés. Au total, les tueurs font au moins 12 victimes, parmi lesquels le demi-frère et le beau-frère de l’un des membres de cet escadron de la mort qui se trouve être le beau-fils de John Bunting. Ensemble, ils prennent du plaisir à torturer leurs cibles à l’aide de scies, de couteaux et en électrocutant leur partie génitale tout en écoutant du hard-rock.

Lorsque l’on découvre huit des corps cachés dans des barils à l’intérieur d’une agence bancaire désaffectée de la ville, l’Australie est effarée. L’affaire « Snowtown » a un tel retentissement que les élus locaux envisagent de renommer la ville, dont l’image est à jamais ternie par ces crimes. Bunting et ses complices écoperont de prison à vie.En 2011, le réalisateur Justin Kurzel tire de cette histoire un film, Snowtown, dont il décodera le sens ainsi dans une interview au Monde : « La plupart des films australiens parlent d'une quête d'identité – notre pays est très jeune – qui est liée à sa relation avec les premiers occupants et ce qu'on leur a fait quand les colons sont arrivés. (…) Les habitants de Snowtown ont eu l'impression que John Bunting leur rendait leur identité. »