Série: Les 20 pires « serial killers » du 20ème siècle ... Numéro 8: Pedro López, « le monstre des Andes »

Série: Les 20 pires « serial killers » du 20ème siècle ... Numéro 8: Pedro López, « le monstre des Andes »

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

Pedro López, « le monstre des Andes »

Lieu de ses crimes : Colombie, Pérou, Équateur

Nombre de victimes : plus de 310

Modus operandi : strangulation

Signe particulier : joue avec le corps de ses victimes

Fils de prostituée, López a 8 ans lorsqu'il est expulsé du domicial familial par sa mère pare qu'’il est surpris touchant la poitrine de sa sœur. Devenu mendiant dans les rues colombiennes, il tombe dans les griffes d'un homme qui le viole à plusieurs reprises – au cours de ces sévices, López se jure qu’il fera de même à autant de petites filles qu’il le pourrait. Ce qu’il fait ensuite.Ses premières victimes sont trois prisonniers qui abusent de lui alors qu’il est incarcéré pour vol de voitures. À sa sortie de prison en 1978, il part au Pérou et commence à enlever des petites filles pour ensuite les tuer. Il est alors repéré par un groupe d’indigènes qui le torturent et le laissent enseveli jusqu’au coup. Mais López est relâché grâce à l’intervention d’un prêtre missionnaire. Il s’enfuit alors vers l’Équateur. Avoir été découvert et presque tué n’y change rien, et il fait encore une centaine de victimes dans ce troisième pays, jusqu’à ce que la mère d’une petite proie parvienne à faire intervenir la police. C’est à un prêtre qu’il confiera au final plus de 300 meurtres. Sans exprimer pour autant le moindre regret. Il raconte le plaisir qu’il prenait à regarder ses victimes dans les yeux au moment de les tuer. Il détaille aussi ce qu’il appelle la « fête des massacres », une pratique barbare au cours de laquelle il berçait le corps des petites filles au milieu des cadavres de ses précédentes victimes.

Déclaré irresponsable, il est envoyé pendant 20 ans dans un centre psychiatrique de Bogota. En 1998, il est considéré comme guéri et relâché… mais, en 2002, Interpol émet un mandat d’arrêt contre lui pour un nouveau meurtre. À ce jour, on n’a pourtant aucune nouvelle du terrible assassin.