Série: Les 20 pires « serial killers » du 20ème siècle ... Numéro 16: Richard Ramírez

Série: Les 20 pires « serial killers » du 20ème siècle ... Numéro 16: Richard Ramírez

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

Richard Ramírez, « Le traqueur de la nuit »

Lieu de ses crimes : Los Angeles

Nombre de victimes : au moins 14

Modus operandi : diverses

Signe particulier : signait ses crimes d’un pentagramme sataniste

Né en 1960 dans une famille mexicaine, Richard Ramírez subit plusieurs traumas crâniens sous les coups de son père durant son enfance. Durant son enfance, son cousin Mike, de retour de la guerre du Vietnam, lui montre les photos d’atrocités qu’il y avait commises. À 13 ans, Ramírez surprend Mike assassiner sa femme.

Tueur brutal, il pénètre nuitamment au domicile de ses proies et les exécute, parfois à l’arme à feu, parfois à l’arme blanche. Il tue sans discrimination une petite fille de 9 ans comme un couple de sexagénaires mariés. Richard Ramírez reste célèbre pour les pentagrammes (une étoile à cinq branche) dédiés à Satan, qu’il adore, dont il signe ses crimes, parfois sur les murs, parfois directement au rouge à lèvres sur les corps de ses victimes.

Confondu par ses empreintes digitales, il est identifié par la police qui retrouve son (très long) casier judiciaire. Sans le savoir, il fait la une des journaux dans tous le pays. C'est ainsi qu'un soir de l'été 1985, un groupe de femmes mexicaines le pointe du doigt : il se reconnaît alors en couverture d'un magazine. Il tente une fuite. Mais en chemin, tous les badauds le reconnaissent. Il est finalement immobilisé par un groupe de passants, qui le livrent à la police. Il est surnommé le « Night Stalker » en référence à Night Prowler, une chanson d’AC/DC dont il est fan. Il se présente à l’audience, en 1988, avec un pentagramme sur la paume de chacune de ses mains, lançant à la presse : « Vous ne me comprenez pas. Vous n'en êtes pas capables ! Je suis au-delà de votre expérience. Je suis au-delà du Bien et du Mal... » Il se marie en prison en 1996 avec une journaliste indépendante, et meurt en 2013 d’un cancer, à l’âge de 53 ans, attendant son exécution dans le couloir de la mort.