Les quatre opérateurs de télécoms officiels au Cameroun Camtel (public), MTN, Orange et Nexttel (privés) ont signé le 22 juin à Yaoundé ont signé un protocole d’accord qui vise essentiellement la coordination des efforts de lutte contre la fraude par Simbox. Ceci sous la supervision de l’Agence de régulation des télécommunications.

Selon le communiqué du SG/PR parvenu à notre Rédaction, le chef de l’Etat a, notamment, décidé du déblocage d’un milliard pour l’assistance complémentaire des victimes

 

Le tribunal militaire de Yaoundé a annoncé mercredi qu'il se prononcerait le 7 juin sur les demandes de mise en liberté de 27 militants de la contestation anglophone camerounaise accusés d'"actes de terrorisme" et détenus depuis janvier.

Les gouvernements camerounais et gabonais, les deux plus grands animateurs du marché des titres publics de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), procèdent, ce 24 mai 2017, à des émissions de titres publics pour un montant total de 14 milliards de francs Cfa, apprend-on officiellement.

Un total de 11279 entreprises modernes, ayant eu à déposer un état financier, ont été répertoriées en 2013 au Cameroun, selon les résultats de la 1èreédition de la banque des données économiques et financières en 2013 rendue publique mardi par l’Institut national de la statistique (INS).

La publication, hier, par la présidence de la République, du rapport d’enquête sur l’accident ferroviaire d’Eséka (Centre), le 21 octobre 2016 et qui avait fait 79 morts et plus de 500 blessés, a particulièrement retenu l’attention des journaux camerounais parus mercredi.

La police est vigoureusement intervenue mercredi en fin de matinée dans un grand hôtel de Yaoundé, pour mettre fin à une conférence de press que comptaient y tenir des responsables d’Amnesty International sur la situation des droits de l’Homme au Cameroun, a constaté APA sur place.

La métropole économique du Cameroun, principal centre aéroportuaire et portuaire du pays, a été choisie pour abriter le siège du projet Ecom@Africa pour le compte des pays de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) a-t-on appris mercredi au terme de la visite des infrastructures par le directeur général de l’Union postale universelle (UPU) Bishar Abdirahman Hussein.

Le Programme « Fit For Market » a été officiellement lancé le 16 mai dernier à Douala. Proposé et géré par le Comité de liaison Europe-Afrique-Caraïbes-Pacifique (Coleacp), ce programme est doté d'une enveloppe de 25 millions d'euros (16,375 milliards de FCFA) et aura une durée de 5 ans.

La présidence de la République du Cameroun a rendu public le 23 mai 2017 le rapport de la commission d’enquête créée le 25 octobre 2016, à la suite de la catastrophe ferroviaire d’Eseka (au moins 79 morts et 600 blessés) survenue le 21 octobre de la même année.

Une "vitesse excessive" est la cause principale de l'accident de train qui a fait 79 morts et 600 blessés en octobre au Cameroun, selon les conclusions de l'enquête des autorités camerounaises qui souligne la responsabilité de la société ferroviaire Camrail, filiale du groupe français Bolloré.

La Banque mondiale a publié le 19 mai un article qui explique comment le Projet d’investissement et de développement de marchés agricoles (Pidma) qu'elle finance à hauteur de 50 milliards de FCFA, a permis à quelque 300 organisations de producteurs dans le Nord-Cameroun d’accroître leur production de sorgho.

Au Cameroun, la Société Nationale des Hydrocarbures (SNH) a annoncé dans un communiqué, que la liquéfaction du gaz naturel, au large de la cité balnéaire de Kribi, démarrera vers la fin de 2017. Selon des prévisions antérieures, les activités devraient démarrer, à la mi-2017.

 

L’État camerounais procède, jeudi, à une émission de bons du Trésor assimilables (BTA) d’un montant de 5 milliards FCFA sur le marché de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC), a appris APA de source officielle.

La compagnie camerounaise Samaritan Insurance a été suspendue d’activités aux termes d’une décision de la Commission régionale pour le contrôle des assurances (CRCA) de la Conférence inter-africaine des marchés d'assurances (CIMA), a appris APA de source officielle.

Les droits de transit du pétrole tchadien sur le territoire camerounais ont chuté de l’ordre de 1,87 milliard FCFA entre le 1erjanvier et le 31 mars 2017, comparés aux 10,88 milliards engrangés pendant la même période un an plus tôt, selon un communiqué rendu public mardi par la Société nationale des hydrocarbures (SNH).

Deux kamikazes, manifestement arrivés du Nigeria voisin et appartenant à la secte islamiste Boko Haram, se sont faits exploser mardi matin sur la place du marché de la localité camerounaise de Double (Extrême-Nord), a appris APA de sources sécuritaires.

Le Bureau principal des Douanes de Banyo, frontalier avec le Nigeria, vient de recevoir de sa direction générale (DGD) le prix d’excellence de la meilleure performance individuelle en mobilisation des recettes en 2016.

4 mois déjà qu’ils ne parviennent pas à se faire payer leurs dépôts et épargnes auprès de cette institution financière, dans l’indifférence la plus abjecte des pouvoirs publics et de la Cobac-la Comission bancaire d’Afrique centrale. Suffisant pour les épargnants d’appeler à la proclamation de la restructuration de la micro finance dans l’espoir de sauver leur argent.

A en croire des employés de l’Agence, il vaut mieux ne pas atteindre l’âge de la retraite à l’Anor. Ceux qui y sont parvenus en font aujourd’hui les frais. Entre les manoeuvres visant à torpiller le paiement de leurs droits et le non-paiement effectif de ces allocations, les employés rattrapés par l’âge de la retraite ne savent plus où donner la tête.

Environ 261 millions de Fcfa de frais de mission par an pour le seul directeur général, selon des sources introduites à l’Anor - l’Agence nationale des normes et de la qualité. Ajouté à un salaire suffisamment mirobolant, ce montant moyen des frais de missions du Dg parait excessif aux yeux de nombreux exégètes de l’orthodoxie de la gestion financière des entreprises publiques, au point de susciter des inquiétudes et des incompréhensions du Conseil d’administration, dont la dernière session s’est largement étendue sur le sujet.

Les ménages camerounais ont supporté pour 474 milliards FCFA de frais de santé en 2012, sur un total de 728 milliards FCFA, selon les statistiques des comptes nationaux du secteur publiés par le ministère de la Santé publique (MINSANTE).

La Commission nationale anti-corruption (CONAC) a invité les Camerounais à «déclarer la guerre à ce fléau en dénonçant tous les actes» y relatifs dont ils sont victimes ou témoins.