Mercredi le 22 Novembre 2017 03:37:19 cameroun24.net Culture

Cameroun - Culture. Culture :« Le secteur souffre de la piraterie et de la contrefaçon » dixit Pr Narcisse Mouelle Kombi

Le Ministre des Arts et de la Culture, explique dans le quotidien gouvernemental les pratiques qui plombent le secteur de l'industrie de l'Édition.

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |



 

Monsieur le ministre, une conférence régionale de haut niveau sur l’industrie de l’édition en Afrique commence ce jour. Est-ce à dire que la situation dans ce secteur est si préoccupante ?


Préoccupante, peut-être pas, mais il faut dire que la situation du secteur du livre est assez contrastée. D’un côté, le livre scolaire génère d’énormes ressources qui cependant, ne bénéficient pas prioritairement à l’industrie locale du livre. D’autre part, vous avez le secteur de la littérature générale qui connait de nombreux soucis. Et le livre scolaire tout comme la littérature générale connaissent d’énormes difficultés pour ce qui est de la diffusion et de la distribution. Ils souffrent par ailleurs d’énormes problèmes de piraterie et de contrefaçon. Voilà l’état des lieux. Il est donc important de partir de cet état des choses pour améliorer ce qui doit l’être ! Par conséquent, vous conviendrez avec moi que pour aboutir à une plus grande vitalité du secteur et à son développement harmonieux, il est nécessaire d'aménager en amont, des préalables qui garantissent aux acteurs du secteur, un total épanouissement. Il s’agit de poser les jalons qui définissent un environnement assez propice à une excellente opérationnalité des affaires dans les industries du livre.

 

Justement, que valent-elles ?


Juste à titre d’illustration, les industries culturelles pèsent, selon certaines estimations, 1,3 million d’emplois en France, ce qui représente plus du double des emplois liés à la production automobile et huit fois ceux du secteur de la chimie, avec plus de 4,2% du PIB de l’Union Européenne. La difficulté aujourd’hui est de disposer de telles statistiques sur les pays africains et particulièrement le Cameroun, même si nous savons que le potentiel est important. Nos professionnels rencontrent justement un certain nombre de soucis et de difficultés qui mériteraient une attention plus accrue du gouvernement. L’organisation de cette Conférence de haut niveau est donc d'une importance capitale dans ce sens qu'elle entend apporter une réponse institutionnelle significative aux problèmes de l'industrie de l'édition en Afrique de manière globale, au bénéfice de tous les acteurs du secteur. La preuve de l'importance que l’État accorde à ce secteur est le fait que cette conférence est placée sous le très haut patronage du président de la République, Son Excellence Paul Biya.

 

Quels sont les principaux obstacles à l’émergence de l’industrie du livre sur le continent en général et au Cameroun en particulier ?


D'emblée, il faut rappeler que le thème de la conférence à lui tout seul, est évocateur d'un certain idéal auquel on aspire. Intitulée « Le secteur de l'édition en Afrique et son rôle dans l'éducation et la croissance économique », cette conférence de haut niveau, qui associe le secteur de la culture aux secteurs de l’éducation et de l’économie entend de manière globale identifier des projets concrets de nature à de développer l'industrie du livre en Afrique. Une démarche qui nous convie volontiers à diagnostiquer la situation de l'édition en Afrique où elle rencontre un certain nombre d'écueils, parmi  lesquels l'amateurisme de certains acteurs du livre, la disparité des politiques publiques en matière de livre, les coûts onéreux des livres, une réglementation parfois inappropriée, etc. Au Cameroun plus précisément, nous pouvons souligner la problématique du manuel scolaire dont le coût empêche l'accès au livre à un plus grand nombre, sans oublier le désintérêt des mécènes et des banques à accompagner les éditeurs. Autant de pesanteurs qui fragilisent l'essor véritable de l'industrie du livre et de la lecture en Afrique. Cette conférence est donc le cadre idéal pour proposer des solutions pérennes. C’est pourquoi, il faut saluer à sa juste mesure, la contribution de l'Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI) pour son soutien à la tenue de cet événement qui est une conférence de grande envergure que le Cameroun peut se féliciter d’abriter.

 

Avec la dématérialisation de la culture, pensez-vous que le numérique puisse sauver ce secteur ?


Le numérique certes offre aujourd’hui de nombreuses possibilités d’augmenter les revenus des opérateurs, dans un contexte où les utilisateurs de la musique, de la presse et du livre diversifient effectivement leurs usages traditionnels. Toutefois, la dématérialisation de la culture ne signifie pas forcément que le numérique serait une panacée aux problèmes que nos professionnels rencontrent dans le secteur. Bien entendu, la migration vers le numérique est un atout parmi tant d'autres pour développer l'industrie du livre et de la lecture. Des actions significatives du gouvernement sont déjà entamées, le numérique ne viendra qu'en complément pour s'arrimer à cette dynamique. De même, il serait difficile de gagner le pari du numérique sans au préalable avoir réussi celui du support physique. Donc, loin d'être numérique-sceptique, il faut d’abord consolider l’édition traditionnelle. Pour vous donner un rapport, le livre numérique pèse 24% de parts de marchés aux États-Unis, 16% au Royaume-Uni, 10% en Espagne, 6,5% en France. Vous voyez que même dans les pays développés, l’édition traditionnelle reste très importante et à plus forte raison dans les pays en voie de développement comme le nôtre !

 

Comment l’industrie de l’édition peut-elle accélérer la croissance en Afrique ?


Les industries culturelles pèsent environ 2500 milliards de dollars américains dans le monde. Elles représentent près de 29,5 millions d’emplois dans le monde, soit 1% de la population active mondiale. Voyez-vous, la croissance d'un pays est tributaire de multiples contributions, dont celle des secteurs créatifs qui peuvent permettre de diversifier l’offre des produits marchands et d’apporter quelque chose de spécifique. Regardez l’industrie du film aujourd’hui, elle se nourrit en grande partie des mythes, légendes et autres qui ont été  édité. Marvel Comics, aux États-Unis, est la parfaite illustration que puisée dans le trésor de notre patrimoine immatériel, l’industrie du livre en s’associant à celle du cinéma peut apporter de nombreuses ressources aux opérateurs et artistes divers. Dans l’industrie du livre, vous rencontrez des professionnels à l'instar des imprimeurs, diffuseurs, libraires, infographistes et bien d'autres auteurs, qui constituent des corps de métiers à part entière. Ces différents corps professionnels produisent des dividendes au quotidien avec un nombre croissant de consommateurs et par conséquent, leur contribution au PIB est non-négligeable. Tout le monde devrait pouvoir en tenir compte à un moment donné.

Yvette MBASSI-BIKELE

Lire aussi