Une vingtaine de candidats à la conquête du fauteuil présidentiel

Présidentielle 2018. Une vingtaine de candidats à la conquête du fauteuil présidentiel

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

Pour la première fois, de nombreux postulants veulent se présenter comme indépendants à une phase qui va voir entrer en scène le Conseil électoral peut-on lire dans les colonnes de CT.


La tradition aura une fois encore été respectée. La majorité des candidats à la présidentielle du 7 octobre 2018 a été enregistrée le dernier jour.

Plus d’une dizaine de postulants ont en effet attendu les derniers instants pour se rendre soit à la direction générale des Elections à Yaoundé soit dans certains démembrements régionaux de cet organe dans le pays pour y déposer leurs dossiers de candidature.

Yaoundé, Douala, Ebolowa auront notamment été les principaux points d’attraction pour cette opération.

Le bal a été ouvert à la délégation régionale du Centre qui a accueilli très tôt hier matin un candidat indépendant : Hervé Kamgaing Choupo. C’est également dans une délégation régionale, le Sud en l’occurrence, que l’on a enregistré la première femme :

Géneviève Amvene Zeh du parti Sans frontières qui a déposé sa candidature à Ebolowa, alors qu’une autre était annoncée au niveau de Douala, au moment où nous allions sous presse. Un premier constat se dégage tout de même à cette phase du processus.

L’on a enregistré moins de candidatures à ce niveau qu’il y a sept ans quand plus de 40 dossiers avaient été déposés auprès d’Elecam. Les nouvelles dispositions de la loi électorale, notamment celles du Code électoral promulgué en 2012, sont sans doute passées par là.

Autre constat, les principaux partis qui avaient fait acte de candidature en 2011 sont à nouveau dans la course. On peut mentionner ici le RDPC avec son président national, Paul Biya ; le SDF, qui a investi cette fois son 1er vice-président, Osih Joshua. On note également la présence de l’UDC qui sera une fois encore conduite par Adamou Ndam Njoya, l’ADD de Garga Haman Adji.

A côté de ceux-ci, un « ancien » de 2011, Isaac Feuzeu, président du MERCI. Un autre « revenant », c’est Antoine de Padoue Ndemmanu, qui avait déjà pris part à la présidentielle d’octobre 1997 et qui a fait acte de candidature en qualité de président du Rassemblement démocratique du peuple sans frontière (RDPF).

De nouveaux venus vont eux aussi essayer de franchir cette étape préliminaire. C’est le cas du MRC et son président national, Maurice Kamto, l’ancien ténor du barreau, Akere Muna sous la bannière du FPD, Chantal Roger Tuile qui veut tenter l’expérience de la présidentielle ou encore Cabral Libii pour le compte du parti UNIVERS.

L’un des faits notables, est sans doute la présence de candidats indépendants. Ils seront au moins cinq à solliciter l’examen de leurs dossiers sous cette étiquette. Les regards sont désormais tournés vers le Conseil électoral d’Elections Cameroon qui doit procéder à l’examen des différents dossiers reçus par la direction générale des Elections et rendre son verdict au plus tard le 8 août 2018.


Jean Francis BELIBI

Société