Un monument pour rendre hommage à Dikongue Pipa

Cameroun - Cinéma. Un monument pour rendre hommage à Dikongue Pipa

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

La maison Cordia Prod compte élever une statue du réalisateur sur la Place des cinéastes à Ouagadougou, au Burkina Faso rapporte CT.



En mai 2018, la maison de production de contenus audiovisuels, Cordia Prod a fêté un an d’existence. Et la jeune structure a choisi une façon pérenne de marquer son anniversaire : un projet de pose d’une statue de Jean-Pierre Dikongue Pipa sur la Place des Cinéastes à Ouagadougou, capitale du Burkina Faso.

Ville qui accueille depuis 1969 le Fespaco (Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou). Ce festival où Dikongue Pipa reste à ce jour le seul Etalon d’or de Yennenga reçu par le Cameroun, en 1976. Le Fespaco qui a invité Cordia Prod en 2019, du 23 février au 02 mars 2019, pour la célébration de son cinquantenaire.

Et c’est le délai que s’offre la jeune entreprise camerounaise pour réaliser son ambition. Et le projet, lancé officiellement le 17 mai dernier à l’Institut Français du Cameroun, antenne de Douala, lors de la célébration de l’anniversaire de Cordia, a rencontré l’adhésion du ministère des Arts et de la Culture. George Madiba, directeur de la Cinématographie, était d’ailleurs présent pour assurer : « Nous voulons non pas soutenir, mais porter ce projet ensemble. »

Pour Flore Tamko Mbensi, coordinatrice de la rédaction de la boîte spécialisée dans la production de grands reportages, documentaires, magazines, fictions – et dont certains sont déjà diffusés sur plusieurs chaines de télévision nationales et internationales, le projet de la statue est un devoir en tant que Camerounais : « Il est difficile de se présenter comme Camerounais dans les milieux du cinéma en Afrique et de ne pas être acculé par des questions sur Dikonguè Pipa.

Nous nous sommes demandé comment nous pouvions avoir autant d’or avec nous et ne pas le mettre en valeur. » Et cela fait partie d’une initiative plus vaste, comme elle l’explique : « En avril 2017, nous nous sommes lancés sur plusieurs chantiers et l’un d’eux est la valorisation des figures du cinéma africain. »

Une autre façon d’atteindre l’objectif de la maison, rappelé par sa CEO Marie Christine Whassom qui met l’accent sur la nécessité de fournir des produits de bonne qualité : « contribuer de façon efficace au développement du cinéma et de la télévision. »

Jean-Pierre Dikongue Pipa de son côté, tout en étant très heureux du projet, ne veut qu’une chose : que les jeunes s’intéressent au cinéma. Et il constate que c’est le cas aujourd’hui. D’où ces mots : « c’est ma victoire ».
 
Rita DIBA
 

Culture

Lire aussi