Cameroun - France. Une manifestation anti française à Yaoundé

cameroun24.net Le 24 février 4040 Société Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
Des centaines de jeunes Camerounais manifestaient dans le calme lundi devant l'ambassade de France à Yaoundé, s'indignant de propos du président français Emmanuel Macron, qui a promis samedi de mettre la "pression" à son homologue camerounais Paul Biya, a constaté un journaliste de l'AFP.


Entre 400 et 600 jeunes, selon une estimation de la police et de la gendarmerie, étaient mobilisés à la mi-journée à l'entrée de l'ambassade de France, chantant et dansant à la gloire de M. Biya, tout en s'insurgeant contre l'attitude de M. Macron.De nombreux gendarmes et policiers étaient également présents pour éviter tout débordement.

La plupart des manifestants portaient des drapeaux du Cameroun tandis que d'autres brandissaient des pancartes hostiles au président français. "M. Macron, le Cameroun n'est pas un Dom-Tom" (départements et territoires français d'Outre-Mer), "M. Macron mêle-toi de tes oignons", pouvait-on lire sur certaines pancartes. "Nous sommes ici pour riposter aux propos de Macron parce qu'il a manqué de respect à notre patriarche (Paul Biya)", a expliqué un manifestant, Souley Aboubakar, président d'une des associations des jeunes partisans de M. Biya, à l'origine de ce rassemblement. "Il (M. Macron) est un président de la République. Il doit être respecté, mais il doit respecter notre président", a-t-il ajouté. "Nous ne sommes pas une province de la France. Le Cameroun est un Etat souverain, indépendant depuis 1960", a-t-il poursuivi, invitant M. Macron à présenter "des excuses". La même exigence a été exprimée par d'autres manifestants.

Samedi, M. Macron avait dénoncé "des violations des droits de l'homme intolérables" au Cameroun, promettant de mettre "la pression" sur M. Biya pour que "la situation cesse". Il répondait à un activiste camerounais qui l'avait interpellé samedi lors du salon de l'agriculture.

Le 14 février, 23 personnes dont une majorité d'enfants sont mortes au cours d'une opération militaire dans le village de Ntumbo, dans le Nord-Ouest du Cameroun, selon l'ONU. Dimanche, Yaoundé a réagi, assurant vouloir "rester maître de son destin", et a réaffirmé "qu'il n'y avait pas eu 22 villageois, dont quatorze enfants, tués".

Sollicitée, l'ambassade de France n'a pas réagi.

Lire aussi : Abdelaziz Mounde Njimbam annonce l'arrêt des poursuites contre l'artiste Parol Sosthène
Lire aussi : Voici pourquoi l’ambassadeur Alfred Nguini a été limogé
Lire aussi : Affaire Alain Foka : Le ministre de la communication n'a pas exercé son droit de réponse

 

Regardez

SUR LE MEME SUJET : Cameroun - France

DANS LA MEME RUBRIQUE : Opinion

Facebook

ENTREZ VOTRE COMMENTAIRE





Saisissez ce code CAPTCHA code dans la zone de texte ci-dessous

LES COMMENTAIRES

CORONAVIRUS AU CAMEROUN
Confirmé : 4288
Décès 156
Guéri: 1678
Actif : 2454
Source MINSANTE
Mise à jour 21/05/2020 à 20:28:11

 

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Lire aussi

  • La reprise des vols Air France vers le Cameroun se précise

    Le chargé d'affaire de l'ambassade du Cameroun à Paris, dans un communiqué parvenu à la rédaction de cameroun24, confirme l'accord de Paul Biya pour la reprise des vols vers le Cameroun.

  • Abdelaziz Mounde Njimbam annonce l'arrêt des poursuites contre l'artiste Parol Sosthène

    Ce chanteur camerounais s'était fendu en propos haineux, injurieux et tribalistes contre l'ethnie Bamiléké au Cameroun sur sa page facebook officiel a constaté cameroun24.

  • Le journaliste David Eboutou victime d'une braquage à Yaoundé

    Cameroun24 vient d'apprendre le braquage barbare dont a été victime notre confrère David Eboutou dans la cité capitale Yaoundé.

  • Confusion autour de la libération de Bernadette Mebe Ngo

    La femme de l'ancien ministre de la défense aurait été libéré ce jour a appris cameroun24.

  • Convertisseur

    Meteo Yaoundé