SUD, Les fidèles invoquent Christ pour briser le lien du célibat

Cameroun - Réligion. SUD, Les fidèles invoquent Christ pour briser le lien du célibat

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

C’est à l’occasion du culte spécial, de célébration de la montée de Jésus au ciel quarante jours après Pâques à la paroisse « Duma Zambe » de l’église presbytérienne camerounaise (Epc) à Ebolowa le 10 mai dernier devant une foule de fidèles constituée majoritairement de femmes où chacune d’elle portait une attente particulière de voir briser les chaînes du célibat.


 La solitude tue s’exclame Clarisse Dika Eko la quarantaine révolue toujours célibataire mais avec 03 enfants à sa charge. Elle reconnait que lorsqu’une femme vit seule, non seulement c’est pénible mais elle est déséquilibrée surtout les aspects. De ce constat, son rêve c’est de trouver avec qui elle compte bien mener une vie de famille. Même situation pour Doris Medjo la vingtaine révolue, qui s’inquiète déjà des affres du célibat qu’elle observe chez ses sœurs  aînées qui semblent remplir bon nombre de critères qu’un époux peut exiger d’une femme. Qui, curieusement elles restent sans mari, mais gagnent en âge ce qui amenuise davantage leurs chances d’en trouver encore.

Comme ces deux femmes, il y en avait plusieurs dans ce culte dédié au brisement des chaînes de célibat qui y sont venues pour la même cause. Pour le révérend pasteur Essama Atangana Marc Junior modérateur de la paroisse « Duma Zambe », Dieu apporte la réussite dans le travail, dans les affaires et autres, le célibat peut être vaincu. Car, les forces des ténèbres ne prévaudront pas sur la grâce divine, Jésus Christ non seulement a vaincu la mort, il est monté au ciel où il vit éternellement. Pour lui, ce jour de la montée de Jésus au ciel montre que c’est un pont entre la terre et le ciel, et atteste que la destination finale de l’homme est au ciel. Il tire son enseignement dans le livre de 1 Timothée au chapitre 5 et les versets 14 et 15 conclut qu’il faut repartir sur la base que c’est Dieu le créateur de toute chose. L’espoir est permis en toute chose car, il se justifie par la transformation des situations, comme c’est le cas  avec ceux ou celles qui désirent vivre en couple par le lien du mariage. Que Christ avec sa montée au ciel intercède auprès de son père pour accomplir sa parole, qu’il n’est pas bon d’être seul.

Le chef de la tribu Biyeng, le roi de Mebae Emmanuel Beh Atangana en est conscient de cette situation. Pour lui, lorsqu’un parent fait des enfants il est heureux. Et sa vision devient que les filles, se marient et fondent leurs familles et qu’elles aient également la progéniture. De même également pour les garçons. Dans sa propre tribu, les filles sont là, les mariages sont devenus rares, elles sont des célibataires à vie. Il est donc question de se retourner du côté du créateur afin qu’il fasse descendre sa grâce, car  rien ne lui est impossible. Peut être que ces filles en quête d’époux  peuvent être leur propre blocage, par ce culte que chacune s’humilie devant l’éternel qui agréera au sort de chacun.

Un culte qui a fait courir beaucoup de curieux dans la maison de Dieu ce jour, avec l’esprit de rencontrer son âme sœur. Sauf qu’on ne doit pas aller à la rencontre du créateur avec l’attente de recevoir un miracle, mais lui rendre gloire toute simplement de ce qu’il est Dieu et le reste suivra. Par sa bonté, il tendra sa main de grâce à son peuple et mettra en toutes celles qui désirent le mariage, un esprit de soumission clé essentielle pour gagner le cœur de l’homme. Elles ont été bien servies et pensent toutes que le second instant de célébration sera consacré aux témoignages des rencontres diverses qui se termineront en célébrations de mariages. Car, ce que Dieu te donne par la prière est supérieur à ce qu’un homme peut te donner, chacun  est rentrée fier d’avoir reçu son époux ou alors son épouse.


Jacques Pierre SEH
 

Culture