Lundi le 09 Octobre 2017 18:29:10 Jacques Pierre SEH | Cameroun24.net Culture

Cameroun - Santé. SUD, Centre hospitalier gynéco pédiatrique d’Ebolowa : les travaux piétinent.

Le ministre de la santé publique a effectué une visite de travail assortie d’une visite guidée du chantier le 05 octobre dernier en compagnie du gouverneur de la région du Sud sous la conduite des différentes équipes techniques engagées dans la construction de cet ouvrage futuriste.

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

Indication faite,  le taux d’avancement global  des travaux est évalué à 20% dans l’ensemble. Ce projet de centre hospitalier d’Ebolowa fait aussi  partie des réalisations du plan d’urgence triennal pour la croissance annoncé par le président de la république.


Pour André Mama Fouda Minsanté, les travaux  se situent au niveau de la charpente. Le gros œuvre relatif à la maçonnerie est globalement dans l’ordre de 80%. Cependant, un retard est constaté parce que la couverture de l’ouvrage était prévue pour mi-octobre. Malheureusement, les contraintes techniques et les pluies abondantes ont freiné l’évolution des travaux. Avec l’engagement de l’entreprise, mi-novembre la couverture pourra déjà être posée et entamer aussi tôt, la seconde œuvre.

Pour le patron de la santé publique, construire un hôpital est un ouvrage complexe, il vaudrait mieux prendre du retard et avoir une construction de qualité qui respecte les règles de l’art. Face à cette situation, l’entreprise doit se mobiliser davantage en personnel et accélérer les travaux de toiture afin d’aller davantage plus vite avec la seconde phase. A ce jour, la plupart des termes de finitions sont validés, l’entreprise à des conteneurs de matériels au port de Douala qui sont en cours de dédouanement. La toiture représente 13.000 mètres carrés de surface, les commandes y relatives doivent s’accélérer  pour que le visage de l’ouvrage soit changé. Qu’à défaut de rattraper le retard, qu’il soit atténué au moins. Assurance que donne El Anbri Saoudi directeur général d’Alliances construction Cameroun.

Néanmoins qui émet des soucis d’ordre administratif pour les décomptes qui ne suivent pas. La main d’œuvre qualifiée qui est recherchée, et son entreprise honore bien ses engagements vis-à-vis  des entreprises prestataires déclare t-il.  Il faut noter que ce  centre hospitalier  qui est un hôpital de deuxième catégorie  aura la particularité d’être spécialisé, contrairement à celui de référence de Sangmélima qui  a un volet  généralisant. Il va traiter de la santé de reproduction et s’occupera principalement de la mère et de l’enfant. A voir tout simplement la maquette, on apprécie ce joyau architectural qui va apporter un plus dans  l’ensemble du dispositif sanitaire de la région du Sud précisément et de manière générale au Cameroun. C’est un bloc intégré de tous les services relatifs à la gynécologie, à l’obstétrique et à la pédiatrie. Il renfermera  118 lits d’hospitalisation, 3 salles d’opération et 3 salles d’accouchement avec un plateau technique de pointe.

Le coût global du projet est évalué à 10 milliards de FCFA pour l’infrastructure, 5 milliards de FCFA pour l’équipement, le tout hors taxe. L’entreprise jusque là n’a déjà perçu que 1.1 milliards de FCFA en terme de décomptes. Selon le patron de la santé publique au Cameroun à la pose de la première pierre était  appelée à livrer ce premier centre hospitalier régional témoin  à la fin de l’année 2017, ce qui  vu le retard parait comme une équation impossible. Il faut noter que le projet sera livré avec les contrats de maintenance des équipements, ce qui ne sera plus à la seule charge du directeur de l’hôpital. A cet effet, pour rester cohérent, un organisme sur le plan national s’en chargera de ce volet maintenance. Il faut noter que la première phase de ce plan d’urgence, d’un montant de 925 milliards de FCFA sur 3 ans a été lancée en octobre 2015.