SUD,Une policière vole un nouveau-né à Ebolowa

Cameroun - Faits divers. SUD,Une policière vole un nouveau-né à Ebolowa

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

Comme dans un grand film policier au style des grands acteurs hollywoodiens, elle a réussi à battre de vigilance toute la famille et s’empare d’un nouveau-né de 11 jours seulement.

La scène s’est produite le mercredi 04 avril dernier au quartier Mbanga à Ebolowa aux environs de 18 heures. Mballa Mbia Maekel Kerane onze jours d’âge seulement a failli ne plus jamais connaitre le sein de sa génitrice Nyangono Ebène Giselle Ornella.

En fait, Assomo Julie Belle gardienne de la paix de 2 ème grade en service à Ambam avait certainement besoin d’être appelé aussi maman. Elle en avait  alors élaboré des stratégies autour de Giselle Ornella qu’elle savait enceinte et cherchait toujours à avoir de ces nouvelles. Car, proche de Andeme Yvonne Raymonde inspectrice de police en service au commissariat du 1 er arrondissement de la ville d’Ebolowa, que Julie Belle Assomo connaissait bien, étant toutes du même corps de la police. Alors, sa présence n’était plus celle d’une totale inconnue même en l’absence de la mère de la maison.

Lorsqu’elle décida alors de passer à l’acte, elle arrive à la maison à Mbanga en absence de sa collègue, elle s’entretient avec la mère de l’enfant Maekel Kerane, tout en appréciant la fine beauté du nouveau-né. C’est ainsi qu’elle commissionna alors la mère du nouveau-né pour un petit marché de quoi produire un petit repas pour la maison. Pendant que celle-ci prend la route pour le marché, notre gardien de la paix de 2 ème grade réussit à distraire la petite qui restait surveiller le bébé en l’envoyant à la boutique du coin.

C’est ainsi qu’elle enroule d’étoffes  le nouveau-né et l’enfouie dans un gros sac et prend alors une destination inconnue. Le temps s’est bien écoulé, Gisèle Ornella la mère du nouveau-né est alors de retour, la maison est vide, plus de leur hôte improvisée, la petite garde bébé est en pleure. Elle ne voit plus le bébé, l’inquiétude de la Gisèle Ornella grandie et finie par les pleurs le quartier Mbanga est dans la tristesse.

C’est du retour vers 21 heures au quartier à la fin de son travail, qu’un mototaxi man suit alors les pleurs dans la famille et où on annonçait le vol du bébé de Nyangono Ebène Gisèle Ornella vers 18 heures. Il se souvient alors de ce qu’il a vu dans une agence de voyage, une jeune femme voyageant avec un nouveau-né,  il le relate alors à la famille.

Les pleurs s’intensifient, c’est un deuil dans la famille, avec l’histoire récente produite à Kyé-ossi avec le trafic d’enfants, l’hypothèse de retrouver le nouveau né Maekel Kerane Mballa Mbia commence alors à s’amenuiser.

La police et la gendarmerie sont saisies, les communiqués radio également diffusés à travers les radios locales jusqu’au réseau national et les recherches se sont poursuivies dans les quartiers et les différents axes routiers.

La gardienne de la paix de 2 ème grade Assomo Julie Belle ayant déjà ralliée Yaoundé croyait alors avoir réussi son coup. C’est ainsi qu’elle a voulu se faire établir alors un acte de naissance à la mairie de Nkoabang à Yaoundé. 

C’est de là que les agents assermentés d’état-civil ont exigé à la mère porteuse, la déclaration de naissance de l’enfant. Après un échange avec les agents d’état-civil qu’elle a voulu même acheter les consciences, aux yeux de ces derniers elle a paru très incohérente et suspecte.

La police alertée,   investie le lieu, notre policière mère est arrêtée et mise à la disposition de la police judiciaire où une enquête est ouverte immédiatement, pendant que le bébé Maekel Kerane Mballa Mbia est remis à sa mère génitrice.

C’est alors les larmes de joie dans la famille du  nouveau-né qui pendant une semaine était hors des mains de sa génitrice que personne ne croyait plus revoir. Simple envie d’être mère aussi ou alors  élément d’un réseau de trafic d’enfants, seules les enquêtes nous le diront.
 

Jacques Pierre SEH
 

Société