SUD,Quatre comme chiffre mystique de Paul Biya

Présidentielle 2018. SUD,Quatre comme chiffre mystique de Paul Biya

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

Démonstration a été faite le 16 septembre dernier dans la salle de conférences du collège régional d’agriculture (Cra) d’Ebolowa à l’occasion de la dédicace du livre « Pour le libéralisme communautaire », une édition nouvelle du même auteur Paul Biya qui a amendé l’ancienne version. Une cérémonie très courue par les élites, membres du gouvernement, militants, sympathisants et une foule de population le tout sous la houlette du ministre de la culture.


Une cérémonie sur fond de bilan de Paul Biya dont la bonne brochette des orateurs membres du gouvernement, universitaires, autorités traditionnelles triés pour la cause, chacun y est allé avec ses propres mots. Ce n’est pas le coût du document qui intéressait le grand public, mais le contenu de ce livre qui est en réédition pour un besoin didactique pour les générations présentes et celles avenir. Une vision d’un modèle de société que rêve Paul Biya depuis son accession à la magistrature suprême, et qu’il a consigné dans son livre, « pour le libéralisme communautaire ». Dans un contexte où la paix devient une préoccupation planétaire, Paul Biya s’illustre par sa quête permanente de celle-ci, nous sommes des mendiants de la paix. Dans la note de présentation générale, le ministre de la culture voit en ce livre « pour le libéralisme communautaire », un livre du commencement de la vocation présidentielle de Paul Biya et le perçoit dans un angle surréaliste.

dedicace_pour_le_liberalisme_communautaire_livre

Pour Jacques Famé Ndongo, « Paul Biya est cet homme que tout camerounais devrait lire et l’élire. Le phénomène Paul Biya est unique au Cameroun, il trouve une société camerounaise fermée et il en ouvre ».  Ainsi, dans son développement, le secrétaire national à la communication du Rdpc axe son propos sur la sémiologie arithmétique dont lui seul en a l’art. Il combine alors l’usage des signes aux lettres de l’alphabet romain. Il a démontré que c’est  le chiffre 4 qui structure le fonctionnement arc-en-ciel de Paul Biya depuis sa naissance, jusqu’à son entrée dans la fonction présidentielle. Son nom, comme son prénom ne sont constitués que de 4 lettres chacun, la ville où il fit le pré séminaire, Edéa lui aussi de 4 lettres, le Cameroun qu’il préside à la destinée n’est que la somme du chiffre de son nom et de son prénom. Voilà un destin unique démontré de par l’onomastique et la sémiologie que le président Paul Biya a un destin unique selon Jacques Famé Ndongo. Il faut noter que la première édition de « pour le libéralisme communautaire » est parue en 1987 et rééditée en 2018. Cette version revue, corrigée et augmentée compte tenu des nouvelles réflexions apparues 31 années après. Car, pour le secrétaire national à la communication du Rdpc, « il faut bien que l’on fasse  un bilan et qu’on avance, qu’on consolide le renouveau originel, qu’on accentue et qu’on en spécifie certaines données. Par exemple, en 1987 l’économie numérique n’existait pas, en 1987, il n’y avait qu’une seule université au Cameroun. En cette année, il n’y avait qu’une seule faculté de médecine. Bref, les choses ont évolué et il était normal que le président de la république précise que d’une part l’idéologie, le socle doctrinal n’a pas varié, mais que les actions ce sont enrichies ».  Pour le libéralisme communautaire est un ouvrage apportant d’amples éclaircissements sur la vision de Paul Biya  afin que nul n’en ignore. Il faut noter que ce livre est  constitué de 7 chapitres qui s’étendent sur 175 pages, il coûte alors pour les camerounais 6000 Fcfa.


Jacques Pierre SEH
 
 

Culture