SUD,Présidentielle 2018 : Quand les chefs traditionnels battent campagne pour Paul Biya.

Présidentielle 2018. SUD,Présidentielle 2018 : Quand les chefs traditionnels battent campagne pour Paul Biya.

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

Ils l’ont fait savoir le 13 septembre dernier dans les artères de la cité capitale du Sud à travers une marche dont le point de chute a été l’esplanade des services du gouverneur.


Ils sont venus de tous les recoins de la région du Sud, environ 2000 gardiens de la tradition pour battre campagne pour Paul Biya. Selon le président du forum des chefs traditionnels du Sud, René Désiré Effa, l’ensemble des chefs du Sud ont décidés de faire un rituel à leur fils, président de la république, le Nom Nguii Paul Biya. Car pour lui, en 2011 les chefs du Sud ont pris l’engagement  fort à l’élever à la dignité de Nnom Ngui, c’est donc notre dieu, et il est tout pour nous selon le président du forum des chefs traditionnels du Sud. Il était simplement question de se le rappeler, et de rappeler à certains chefs qui avaient déjà tendance à l’oublier qu’il existe un pacte entre la chefferie du Sud et Paul Biya.

Le Nnom Ngui que les ancêtres du Sud ont accepté. Alors, maintenant qu’il se prépare pour une compétition importante, il est question que les dignitaires lui apportent l’onction de ses ancêtres. Il faut noter que tout a commencé avec le rassemblement dans la salle polyvalente du collège régional d’agriculture (Cra) d’Ebolowa par la mobilisation, puis s’en ait suivi le rituel proprement dit au square qui porte son nom à Ebolowa et la fin était avec la marche qui avait pour point de chute, l’esplanade des services du gouverneur du Sud. Où, après avoir écouté les uns et les autres, Félix Nguelé Nguelé s’est porté garant de transmettre ce message à qui de droit. C'est-à-dire le détenteur de la sagesse suprême à savoir le Nnom Ngui. Il existe donc un pacte d’alliance et d’allégeance entre les chefs et lui, pacte qui selon les chefs a été renouvelé pour une assurer la pérennité et la continuité dans son acte à la fonction de président de la république.

Pour François Bigono Bigono chef traditionnel, il est question de booster mentalement et spirituellement le candidat Nnom Ngui. Car, nul ne peut aller à une compétition s’il n’est sain de corps et d’esprit. Certaines instances s’occupent bien de sa santé biologique, l’instance de ce jour était bien chargée de s’occuper de la santé mentale et spirituelle. Les chefs traditionnels du Sud ont décidé de l’accompagner spirituellement le candidat Nnom Ngui, fils du Sud et qui fait justement parti de la notabilité coutumière du Sud Cameroun. Ainsi, il doit aller à cette élection en toute sérénité.

chefs_traditionnels_rituel_benediction_Biya

A l’observation, on peut être tenté d’affirmer que la chefferie traditionnelle du Sud s’est positionnée à la faveur de leur fils Paul Biya. Lien de sang obligeant, mais comment comprendre alors que les chefs des autres régions n’en feraient pas autant pour leurs fils qui sont à la course pour la présidentielle. Le vivre-ensemble est mis ici entre parenthèse, et ne sera de retour dans les discours qu’après la réélection de Paul Biya. Nous pensons que les chefs traditionnels ont un rôle de neutralité, de rassemblement de tous les fils de leurs circonscriptions, et de gardien de traditions ancestrales dont tous les enfants sous leur coupole doivent en être les bénéficiaires. L’imagerie populaire souhaiterait que la politique soit aux politiciens, la chefferie traditionnelle aux chefs traditionnels que ceux-ci soient dépouillés de toute coloration politicienne. Comme une autre fois le Nnom Ngui l’avait dit, l’école aux écoliers, la politique aux politiciens.


Jacques Pierre SEH

Société