SUD,Memve’ele : Le barrage rétrocédé à l’état du Cameroun

Cameroun - Energie. SUD,Memve’ele : Le barrage rétrocédé à l’état du Cameroun

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

La cérémonie de rétrocession assortie de la signature des documents s’est tenue le 08 février dernier à l’esplanade de la salle de commande sur le site même du barrage en présence du ministre de l’eau et de l’énergie (Minee) qu’assistait le gouverneur de la région du Sud pour le compte de la partie camerounaise et le directeur général de la société Sinohydro constructrice dudit ouvrage en présence d’une foule qui n’a cessée d’exprimer sa liesse.


La réception définitive quant à elle aura lieu dès la fin des travaux de construction des ouvrages d’évacuation d’énergie, immédiatement suivie de la mise en service de la centrale hydroélectrique. Celle-ci contribuera à l’amélioration de l’offre énergétique du Cameroun par son apport additionnel de 211 Magawatts déclarait alors le Minee. Il faut savoir que le projet Memve’ele se situe sur le fleuve Ntem près du village Nyabizan et couvre les arrondissements de Ma’an et Campo dans les départements de la vallée du Ntem et de l’Océan respectivement, dans la région du Sud.

Le promoteur du projet est le gouvernement du Cameroun représenté par le ministère de l’eau et de l’énergie, avec pour organe d’exécution, l’unité opérationnelle de la cellule d’appui à la maîtrise d’ouvrage du projet d’aménagement hydroélectrique de Memve’ele et le partenaire technique Sinohydro corporation limited,  avec le gouvernement du Cameroun a signé un contrat de service le 25 septembre 2009 et un contrat d’exécution des travaux le 12 avril 2012. Pour Dr Basile Atangana Kouna Minee, en paraphant le document de rétrocession pour le compte de l’état du Cameroun confirme la volonté du président de la république à améliorer l’offre énergétique. Ce qui est une réalité à ce jour, l’énergie est disponible à Memve’ele. Montant financier 243 milliards de Fcfa, plus l’assurance Sinosure et les commissions de gestion, soit 20 milliards Fcfa. Les voies d’accès variante chantier, 20 milliards de Fcfa financement budget d’investissement public (Bip) est actuellement en bitumage.

atangana_kouna_visite_barrage_memvele

La voie d’accès phase 2 bitumage, 30 milliards de Fcfa financement Bip en recherche. Les ouvrages d’évacuation d’énergie avec le poste d’interconnexion d’Ebolowa, financement Eximbank- Chine, 90 milliards de Fcfa. Bref, la construction du barrage et de l’usine de production hors autres composantes, 85% Eximbank-Chine, 15% état du Cameroun. Il faut noter que la centrale hydroélectrique en surface de 62.5 mètres de haut, et d’une puissance installée de 211 Mégawatts composée de, quatre conduites forcées, quatre groupes Francis de 52.75 Mégawatts chacun, quatre transformateurs élévateurs 225/11 kilovolts.

Un poste de disjonction,  voie d’accès, ouvrage d’évacuation d’énergie et la cité du maître d’ouvrage. Pour le DG de Sinohydro, en remerciant tous ceux qui ont été impliqué dans la réalisation de cet ouvrage, rappelle néanmoins que l’électricité est pour un pays ce que le sang est pour le corps humain.

Sans électricité point de développement économique, avec l’aménagement hydroélectrique le Cameroun s’engage dans ce développement économique. C’est une occasion à travers cette rétrocession, de  confirmer alors l’excellence des relations entre le Cameroun et la Chine, ce qui va certainement se poursuivre dans d’autres domaines.

Dans les clauses contractuelles, le transfert de technique est assuré, déjà plusieurs camerounais ont été formés à la gestion de l’ouvrage. Il faut noter que selon le patron de l’eau et de l’énergie, pendant que Memve’ele I s’achève, Memve’ele II se prépare en amont du Ntem. Cet ouvrage aura pour fonction principale, la régulation du débit du Ntem tout le long de l’année. En somme une étape supplémentaire pour le Cameroun de gagner résolument son pari d’avoir une disponibilité permanente d’énergie électrique.                       

Jacques Pierre SEH


Réaction


Aimbi Roger
Ingénieur génie civil

Chef d’aménagement de l’Unité opérationnelle du barrage hydroélectrique de Memve’ele.

aimbi_Roger_Ingénieur_Genie_Civil

Les ouvrages de génie civil sont achevés, le barrage est là dans quel état d’esprit êtes-vous présentement ?
Je suis grandement en joie, très satisfait également. J’y ai été depuis le premier coup de pelle, jusqu’à cet instant de la réception provisoire et partielle. J’ai suivi toutes les phases, du déboisement, des travaux de décapage, des excavations, de l’implantation, des travaux de sondage à la campagne complémentaire aux  travaux proprement dits.   Cet instant de rétrocession est comme un jour de mon anniversaire, je suis très content. Entant que camerounais, je suis vraiment fier d’avoir participé à la construction d’un si grand ouvrage pour mon pays. Ouvrage qui va permettre au Cameroun de se développer dans son secteur industriel grâce à cette disponibilité d’énergie électrique. Et aussi, résorber le déficit sur le plan national, je vous exprime ici ma grande satisfaction. Que ce soit du petit ouvrir au grand ingénieur, tous ont participé à la construction de cet ouvrage, chacun a pu donner le meilleur de lui aussi, c’est un grand jour pour l’équipe opérationnelle.


Le barrage est en place dans les normes, l’énergie disponible ?
A l’heure actuelle, et ceci depuis le 30 juin 2017,  il y a 211 Mégawatts produit à Memve’ele. Mais cette énergie attend encore d’être évacuée pour des multiples usages dans les métropoles. Les lignes d’évacuation sont en construction et vont s’achever dans les délais envisagés. Les quatre turbines tournent et chacune débite 52.75 Mégawatts d’énergie, pour un total de 211.


Est-ce que vous vous êtes confronté à certaines difficultés durant l’ensemble des travaux ?
Les difficultés, il y en a eues mais qui ont été surmontées pour avancer les travaux. D’ordre technique par exemple, vous faites des sondages géotechniques, géologiques, vous retrouvez un bon sol dans un certain rayon. Pendant les travaux vous revenez trouver des aléas, ça perturbe, ça augmente les délais et ça fait stresser. On a pu surmonter ces obstacles pour rester dans les délais. Voilà le résultat que nous apprécions tous en ce moment. Il y avait aussi des difficultés d’ordre administratif, qui par l’entregent du directeur général réussissaient à trouver des solutions urgentes. La gestion des ressources humaines, avec les humeurs des travailleurs et nos partenaires de Sinohydro, avec le climat du dialogue nous amenait toujours à des meilleurs sentiments. Aujourd’hui, c’est une nouvelle phase de notre développement hydroélectrique qui commence, nous sommes contents d’avoir tenus le pari, voici donc le barrage hydroélectrique de Memve’ele achevé. Nous pouvons donc déjà oublier toutes ces difficultés qui ne faisaient perdre le sommeil.


Propos recueillis par
Jacques Pierre SEH

 

Société