SUD,Les trophées de l’unité pour le vivre-ensemble chez les cop’s d’Ebolowa

Cameroun - Politique. SUD,Les trophées de l’unité pour le vivre-ensemble chez les cop’s d’Ebolowa

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

Il s’agit des tous premiers jeux sportifs organisé à l’intention des établissements du supérieur basés dans la région du Sud, en vue d’une saine émulation à l’occasion de la 46 ème édition de la fête de l’unité du Cameroun, sous la présidence du gouverneur de la région du Sud qu’assistaient tout le gratin des responsables de ces établissements.

 Une initiative des étudiants de la faculté des sciences juridiques et politiques (Fsjp) de l’université de Yaoundé II  annexe d’Ebolowa qui cinq jours tiendra en haleine l’ensemble de la jeunesse du Sud.


Pour Yannick Mbom étudiant et président du comité d’organisation, le projet tourne autour des valeurs qui sont, l’unité et le multiculturalisme. Il est question de fédérer autour du sport et de la culture, domaines de prédilection de la jeunesse. Avec le contexte actuel, il est important que les jeunes s’approprient eux-mêmes le concept de l’unité. Et durant cinq jours de jeux, la réflexion tournera autour de la thématique à savoir, « Jeunes citoyens, unis dans la diversité, soucieux de la paix sociale, pour un Cameroun stable, indivisible et prospère à travers le sport et la culture ».

Une espèce de jeux olympiques qui regroupe 08 établissements du supérieur basé dans la région du Sud, l’Enset, l’Iai, la Fasa, Fsjp auxquels ce sont adjoints les établissements de formation professionnelle. En termes d’activités sportives, au-delà du football masculin et féminin, on a le Basket, le Hand et l’athlétisme sous toutes les formes.  En somme, un champ de détection de talents sous la coordination des entraineurs régionaux de ces différentes disciplines.

Pour le Professeur Eustache Akono Atangana coordonnateur de l’université de Yaoundé II, campus annexe d’Ebolowa c’est par le voulu des étudiants que ce tournoi se tient. Une manière d’élargir les champs d’encadrement en dehors du niveau académique pour que les étudiants se sentent bien, et qu’ils puissent s’épanouir. C’est une activité extra académique choisi pour la semaine du 20 mai et baptisée « Les trophées de l’unité » dont le concept a permis d’associer tout le monde. A trouver ce que l’on gagne c’est d’abord l’esprit de convivialité, d’unité, c’est également partager le pouvoir vivre-ensemble. Quand on parle de fête de l’unité, c’est que nous sommes tous différents mais sommes appelés à vivre-ensemble dans notre pays par exemple.

On gagne donc cet esprit, c’est ça le but visé par cette organisation en plus du multiculturalisme que nous nous sentions tous camerounais. Quand nous sommes ensemble, on se côtoie, on se sent mieux ensemble. Ce qui va permettre d’éviter que les gens qui ne se connaissent pas ne soient ensemble.

Ce qui nous permet de savoir que, le fait d’être ensemble si on ne se connait pas, va permettre que j’apprenne votre manière de faire, de vivre, votre culture pour qu’on soit en symbiose malgré la différence. Ce qui va amener l’esprit de tolérance, de compréhension mutuelle et là, on va mieux s’accommoder les uns et les autres. A travers le sport et la culture, le déclic est plus favorable.

unite_ebolowa_phase_animation

Pour Alexandre Legrand Ngoucheme Kutnjem secrétaire général  représentant le gouverneur de la région du Sud, le Cameroun a besoin d’une jeunesse estudiantine qui œuvre pour la sauvegarde de la paix, de l’unité nationale et du vivre-ensemble. Les trophées de l’unité confirment l’attachement à ces valeurs et contribuent activement à la construction d’une nation forte, dynamique qui vise l’atteinte de l’émergence.

Pour ces jeux, la jeunesse estudiantine montre qu’elle n’attend pas tout de l’état mais, est  plus qu’un relai de l’action des pouvoirs publics dans les domaines de l’épanouissement de la jeunesse. Une occasion de brassage, régulateur des citoyens fiers de vivre-ensemble, et ayant une seule ambition celle de contribuer à la construction d’une nation camerounaise prospère. A l’ouverture des jeux, le Sg a invité les uns et les autres au fair-play car, l’essentiel ici étant de participer.   

Jacques Pierre SEH
 

Société