SUD,Les journalistes appelés à devenir les artisans la paix

Cameroun - Communication. SUD,Les journalistes appelés à devenir les artisans la paix

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter | Revoir un Programme TV | Grille des Programmes TV | Où Vendre au Cameroun | Où Danser au Cameroun | Où Dormir au Cameroun |

C’est au cours de l’apothéose de la 26 ème édition de la journée mondiale de la liberté de la presse qui s’est tenue récemment à l’esplanade de la délégation régionale de la communication sous la présidence du gouverneur de la région du Sud après une semaine entière d’activités conduites par les hommes et les femmes de médias et les autres associations connexes au métier de la presse.

 
Selon Solange Beko’o délégué régional de la communication du Sud, « Le contexte médiatique du Sud n’est pas différent des autres régions du pays. Il est question aujourd’hui de lancer une invite aux professionnels des médias d’engager leur responsabilité qui certainement leur permet d’être au juste milieu de leur activité. De rendre compte sur les faits qui sont têtues en toute responsabilité. Les pratiquants  ne doivent pas oublier que le journaliste doit rester dans le respect des règles qui régissent la profession. La  maîtrise des canons, les règles, les lois et les techniques qui doivent régir le plus beau métier. La production médiatique exige des ressources financières importantes, pour l’innovation de cette édition, on a choisi le rapprochement des journalistes avec des responsables d’entreprises, des consommateurs des productions de médias bref,  créer une plateforme professionnelle où annonceurs et journalistes se regardent pour parlent de ce partenariat qui se veut gagnant-gagnant ». Avec le thème de cette édition à savoir, « les médias pour la démocratie : journalisme et élection en temps de désinformation », pour le directeur de la radio communautaire de développement de la Mvila (Rcdm) il est question pour les pratiquants du journalisme de toujours penser à l’édification de leurs lecteurs, auditeurs et téléspectateurs. Ce qui doit imposer une quête permanente d’amélioration dans le rendu et ne rester que sur ce qui est permis par l’éthique et la déontologie. Avec la thématique de cette édition il pense que, « le journaliste a plus qu’un rôle à jouer dans un contexte démocratique au sens normal. C’est lui qui forme les consciences, qui  informent les citoyens afin qu’ils acceptent et s’approprient du processus démocratique. Si on joint là l’effet des réseaux sociaux qui jouent un rôle de propagande de l’information où de la rumeur, davantage le journaliste doit se démarquer positivement. Or, il  doit être celui qui doit véhiculer la vérité des faits  pour qu’il y ait une prise de conscience en vue de participer au processus démocratique. Ainsi, avec la venue  des réseaux sociaux naît un autre type du journalisme. Face à cela, un professionnel des médias  doit l’être en tout temps et en tout lieu lorsqu’il traite l’information et la diffuse. Cette situation s’explique avec le contexte du développement socioéconomique qui impulse cela, il faut s’y adapter tout simplement et savoir marquer la différence ». Pour  Pierre Sézodé inspecteur général des services du gouverneur, « il faut reconnaitre que le journaliste à un grand rôle à jouer dans un contexte de pluralité, démocratique. Il forme les consciences et informe pour que les citoyens participent au processus démocratique, qu’ils soient au même niveau d’information. Ce qui impose un traitement de l’information en toute responsabilité, gage de paix et de stabilité dans un pays comme le nôtre. Opérant dans un contexte où les réseaux sociaux ont le vent en poupe, la critique des sources doit être son guide pour qu’il demeure objectif, et pertinent. Heureusement que dans notre région, certains hommes et femmes de médias essayent de bien faire leur job et c’est bien, les pouvoirs-publics que je représente encourage et exprime ce vœu de tout cœur. D’où cet appel lancé à l’endroit des hommes et des femmes de médias et des métiers connexes pour une prise de conscience, de l’importance de l’information qu’ils mettent à la disposition de leur public. Le journaliste doit être plutôt ce vecteur de développement parce qu’il sait qu’il puise à la bonne source ses informations, pour informer et non désinformer ». Dans un environnement où la moralité a foutue le camp, les hommes de médias n’étant pas des anges du ciel où alors n’évoluant pas en vase clos, face aux difficultés économiques ne succomberaient ils pas aux tentations avec les articles commandés incitateurs de la haine. Seule la probité et le sens de la responsabilité guideront cette race d’hommes de médias en attente.
 

Jacques Pierre SEH

Regardez Canal 2 | Canal 2 Movies | Equinoxe | STV | CRTV | BoomTV | LTM

Culture