Mardi le 14 Novembre 2017 16:31:47 cameroun24.net Société

Cameroun - Gouvernance. SUD,Le programme d’accompagnement socio économique de Memve’ele asphyxié

La 4ème session du comité de pilotage qui s’est tenue à la salle de conférences de l’hôtel Florence à Ebolowa le 13 novembre dernier sous la conduite de son président à savoir le gouverneur de la région du Sud et tous les membres statutaires s’est penché sur la mobilisation des ressources financières pour que cette action de reconversion des populations soit une réalité dans la zone.

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |


Au moment ou les travaux d’emménagement du barrage hydroélectrique de Memve’ele  tire à sa fin, le programme d’accompagnement socio économique de Memve’ele (Pasem) connait des difficultés financières pour poursuivre ses activités. Ici, l’argent se fait rare, et les 2 tiers de la dotation budgétaire de 2017 ne sont ni débloqués, ni mis à la disposition du Pasem à ce jour. Le cri de détresse poussé par le coordonnateur du programme Ba’ana Sapouma témoigne la gravité de la situation.

Pour lui, la véritable difficulté de la structure qu’il dirige se trouve dans la mobilisation des ressources financières. C’est bien ce qui fait défaut aujourd’hui avec les prestataires qui attendent vainement à être payés, et qui se lancent au découragement. C’est bien ce qui a constitué l’objet principal de la tenue de la 4ème session du comité de pilotage, en  vue de faire le point sur les réalisations déjà effectuées. Il est question d’unir les forces pour que ce programme puisse satisfaire les attentes des populations riveraines, celles qui sont appelées à se reconvertir dans leur mode de vivre. Les autorités politiques entendent apporter leur appui de manière à renverser la donne.

Pour Emmanuel Mvé   élite du coin, il est question de tout mettre en œuvre pour sauver ce programme, et appuyer l’équipe opérationnelle pour qu’elle puisse développer son plan d’action. Ce qui contribue déjà à créer le bien-être dans les différents villages avec des forages, des écoles entièrement refaites. Sans oublier les pistes agricoles améliorées, les élevages des poulets de chair et celui des porcs  qui est déjà en pleine expansion. Il s’agit maintenant de pérenniser ces acquis pour le bonheur des populations. Le chef de l’état a instruit ce programme en compensation au nouveau mode de vie dont devra désormais être soumis les riverains. Pour le Pasem il est question que toutes les mesures d’accompagnement y relatives puissent permettre l’épanouissement des populations. Comme il est cas avec le lancement solennel des activités de productions halieutiques d’il y a quelques jours à Nyabizan, où il y a été question des opportunités à saisir autour du barrage de Memve’ele.

Pour Félix Nguelé Nguelé gouverneur de la région du Sud et président du comité de pilotage, il s’agit d’une mobilisation de toutes les énergies pour que ce programme voulu par le chef de l’état puisse avancer. Les projets prioritaires sont connus, il faut les mettre en œuvre pour apporter une réponse  aux attentes des populations. Ainsi, il est question à travers le Pasem, d’atténuer de façon durable, significative et efficace les effets négatif en amplifiants ceux positifs et induits par cet aménagement hydroélectrique, à travers le développement des potentialités de la zone.

Pour le patron de la région du Sud, pour que les fruits tiennent à la promesse des fleurs, il faut l’implication de tous et de chacun. Dans ce registre, les organisations d’appui local ont un rôle important à jouer dans les arrondissements de Ma’an pour la Vallée du Ntem et Campo pour le département de l’Océan. En attendant l’effectivité de la mobilisation des fonds, l’équipe opérationnelle se bat comme elle peut pour assurer le service minimum.

Jacques Pierre SEH