SUD,L’arrondissement d’Ebolowa 2 ème tient son défilé à l’occasion de la fête de la jeunesse

Cameroun - Jeunesse. SUD,L’arrondissement d’Ebolowa 2 ème tient son défilé à l’occasion de la fête de la jeunesse

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

C’est suite à la décentralisation de cette fête dédiée à la jeunesse que, la 52 ème édition n’a pas dérogée à la règle. Bilone, un quartier de l’arrondissement d’Ebolowa 2 ème a eu l’insigne honneur d’abriter son premier rendez-vous de la jeunesse camerounaise le 11 février dernier sous la présidence du tout nouveau chef de terre de cet arrondissement devant le regard admiratif des populations tenues à vivre cet événement.


Félix Nguelé Nguelé gouverneur de la région du Sud a également présidé son défilé à la place de fête de Nko’ovos à Ebolowa qui se situe dans le 2 ème arrondissement. Le sous-préfet Bertrand Ta a été décalé au quartier à Bilone pour présider de son côté lui aussi son  défilé. Pendant qu’Ebolowa 1 er était à Ngalan pour le même objectif à savoir, la fête de la jeunesse. Ce qui a contraint les chefs d’établissement à scinder leurs effectifs pour leur propre défilé dans leurs arrondissements et d’envoyer un autre défiler devant le gouverneur.

Une situation trouble pour Pauline Ayina élève en classe de 4 ème année au lycée technique d’Ebolowa, elle qui a assisté à la dernière répétition du défilé sur le site de Bilone et qui à la dernière minute était plutôt envoyée rejoindre ses camarades à la place de fête de Nko’ovos. Pourtant, chaque arrondissement devrait voir défilé devant le sous-préfet, les élèves des établissements situés dans cette circonscription. Avant la décentralisation de cette cérémonie, toutes les écoles défilaient au même endroit, à la place de fête de Nko’ovos. Avec la décentralisation, il est question de rapprocher ces festivités des populations scolaires et non afin qu’elles puissent vivre les mêmes sensations par devant leurs autorités. Aussi de diminuer le coût financier à la participation au défilé, lorsqu’un établissement est appelé à prendre part au défilé sur deux sites, c’est également le double de l’effort à fournir en terme financier.

Certains chefs d’établissement ne sont pas tombés dans ce piège, et ont plutôt préféré remettre ce projet de participation au défilé à plus tard. Du coup, l’imagerie populaire s’interroge sur le financement de cette fête, le ministère de jeunesse et de l’éducation civique, tutelle n’assure pas entièrement le volet financier de la fête. La preuve, les responsables au niveau régional ont été appelé à contribution, l’état ne peut il plus assumer ses engagements comme c’est le cas avec  la participation au défilé c’est la question qui continue à hanter les esprits ici.

Néanmoins, s’était la joie chez les jeunes défilants qui au rythme des chants ont interpellé les consciences de leurs aînés, patrons à un sursaut de patriotisme pour ce pays. Ils ont fustigé les comportements barbares, la division du Cameroun où la large majorité des fils du Cameroun n’aspirent qu’à vivre en paix. C’est bien ce que confirme le thème de cette célébration à savoir, « Jeunesse, multiculturalisme paix et unité nationale » et le discours du chef de l’état qui a été réécouté en prélude du défilé.

bertrand_Ta_sous-prefet_arrivee_Bilone

Au terme du défilé pour Bertrand Ta sous-préfet d’Ebolowa 2 ème, c’est une satisfaction pour la forte mobilisation, s’agissant de la première tenue du défilé dans cet arrondissement. Il reste alors aux jeunes de sa circonscription de commandement qui sont très attachés aux institutions républicaines à mettre en application le discours du chef de l’état. Un discours qui a balayé tous les aspects de la vie sociale et économique qui intéressent la jeunesse non seulement de son arrondissement, mais globalement du Cameroun. C’est par la remise des prix aux meilleurs établissements défilants que le rideau s’est refermé sur la 52 ème édition de la fête de la jeunesse à Bilone, dans le regret de l’entière population qui n’a pas manqué un seul instant à encourager par des ovations aux touts petits à leur passage.


Jacques Pierre SEH

Société

Lire aussi