SUD,Hysacam : le centre de traitement des déchets d’Ebolowa bloqué par les riverains.

Cameroun - Environnement. SUD,Hysacam : le centre de traitement des déchets d’Ebolowa bloqué par les riverains.

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter | Revoir un Programme TV | Grille des Programmes TV | Où Vendre au Cameroun | Où Danser au Cameroun | Où Dormir au Cameroun |

Ceci depuis le 08 mai dernier et pour cause, ces populations réclament à la communauté urbaine d’Ebolowa (Cue) le paiement des frais d’occuaption depuis 10 ans de leur terre par cette société. En fait, il s’agit là du principal centre de traitement des déchets d’Ebolowa.


Furieux et las d’attendre ce paiement, les autochtones de Ngalane, village du comice agropastoral au lieu dit Abang-éleveur à Ebolowa ont imposé un arrêt de travail à cette structure. Elles réclament à la Cue, le paiement de près de 300 millions de fcfa, correspondant à 6,5 hectares de leur terre utilisée pour créer le centre de traitement des déchets d’Ebolowa, une propriété de cette collectivité.

Pour faire entendre leurs voix, à l’aide des troncs d’arbres, des feuillages, des morceaux de bois et des roues usées, elles ont barré l’entrée dudit centre encore appelé décharge, avec pour mot d’ordre  « travail mort, personne n’entre personne ne sort ».  Action qui a conduit à l’arrêt d’activités de ce côté,  empêchant de ce fait, les camions d’assurer le ramassage et les décharges d’ordures.

A en croire ces derniers, ils ne sont pas à leur première action qui s’est toujours soldée par des promesses non tenues. «  Nous nous sommes plaints à plusieurs reprises, et on nous demande toujours d’attendre et voici déjà dix ans alors qu’ils occupent notre terrain sur lequel, en plus du compost ils exploitent également à des fins lucratives une bananeraie entres autres cultures vivrières qu’ils vendent au bout de leur nez », s’insurge Samson Mbanga, autochtone. 

Pour cette ultime fois, les revendicateurs semblent plus que déterminés. Pour Mfomo Etienne riverain,  «  On peut même faire plusieurs jours ici si le gouvernement ne réagit pas positivement, l’essentiel pour nous c’est que tout soit arrêté jusqu’à ce que l’on nous paie ». Mais en attendant l’issue de cette revendication, les immondices d’ordures envahissent déjà les carrefours et les quartiers d’Ebolowa, et du côté de la Cue, rien ne filtre pour comme information. Au moment où la ville d’Ebolowa s’apprête à célébrer la 47 eme édition de la fête de l’unité avec de nombreux pays étrangers voisins, on attend voir, si les portes d’Hysacam seront ouvertes à nouveau du côté de Ngalane. On ne perd rien à attendre la suite.
 

Jacques Pierre SEH
 

 

Regardez Canal 2 | Canal 2 Movies | Equinoxe | STV | CRTV | BoomTV | LTM

Société