Dimanche le 26 Novembre 2017 15:35:29 cameroun24.net Société

Présidentielle 2018. SUD,Ebolowa : Akere Muna fait peur dans la ville.

A l’annonce de la probable présence de maître Akere Muna à Ebolowa le week-end dernier, précisément les 24 et 25 novembre, les différents états-majors n’ont pas été de tout sommeil, que ce soit dans les sphères politiques pour le rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) ou alors administratives pour les sous-préfets des arrondissements d’Ebolowa 1 er et 2 ème du centre urbain de la ville.

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |


C’est la radio arabe, qui était la plus utilisée ici. S’était bien l’objet de grandes conversations dans les débits de boissons, comme dans les carrefours ou autres regroupements. Mais de quoi conversaient ils, c’est bien la question à 1000 francs. Séverin Ango, fils de la contrée précisément d’Azem à quelques kilomètres du centre urbain d’Ebolowa est dans l’équipe de campagne d’Akere Muna, sacrilège pour certains.

On aurait attendu tout, sauf qu’un fils du Sud socle granitique de Paul Biya soit associé dans  ce qu’on qualifierait de complot contre soi-même. Des réunions aux niveaux élevés se succédaient, pour essayer de comprendre les raisons de la probable présence « annoncée » de maître Akere Muna. De supputations en supputations, on parlait d’une annonce fracassante de sa candidature à l’élection présidentielle prochaine de 2018. Et la ville d’Ebolowa aurait été choisie pour la cause puis qu’étant le fief de Rdpc pour cette annonce, un défi en somme pour une certaine classe d’hommes publiques.

La panique grandie encore plus, parce que la manifestation n’était pas déclarée pire encore, le lieu n’était pas connu. Mais tout laissait croire que l’action était bien pensée pour que ce rendez-vous se tienne à Ebolowa. Au haut niveau comme au bas, on semblait avoir des informations dignes de foi, récoltées parfois dans les réseaux sociaux ou alors à travers des conversations téléphoniques. Ce qui a donc motivé les différents autorités administratives à prendre concomitamment la décision de déclarer interdit tout regroupement du genre. Ainsi, les communiques radios ont été  lus à répétition dans la chaîne à capitaux publiques et les autres radios communautaires de la ville. Les injonctions ont été données pour que les émissions d’opinions soient suspendues ceci jusqu’à lundi, ou alors ne pas aborder ce sujet dans ces émissions de forte écoute.

De tout ce qui précède, n’a  été nulle part aperçu à Ebolowa où alors dans son village à Azem Monsieur Ango Severin, Akere Muna non plus. Aucun regroupement public ou manifestation à caractère politique ou non n’a été signalé auprès des autorités administratives de la ville surtout émanant des supposés organisateurs. Néanmoins, l’autorité administrative, le sous-préfet de l’arrondissement d’Ebolowa 2 ème par décision n°028 du 23 novembre dernier dont la teneur suit, « article 1 er, est interdit sur toute l’étendue du territoire de l’arrondissement d’Ebolowa 2 ème, la réunion publique à caractère politique programmée par le nommé Ango Severin et consorts, prévue les vendredis 24 et samedi 25 novembre 2017. Ladite réunion n’étant pas, d’une part organisée sous la bannière d’un parti politique et d’autre part n’ayant pas fait l’objet d’une déclaration préalable ». Il poursuite en son article 2, que tout contrevenant aux dispositions de la présente décision s’expose aux sanctions prévues en la matière par les lois et règlements en vigueur, signé Bernard Ta administrateur civil et sous-préfet de l’arrondissement d’Ebolowa 2 ème.

Il faut dire qu’une décision similaire a été également signée par le sous-préfet de l’arrondissement d’Ebolowa 1 er. Ce que les populations ont constaté, c’est qu’il y a eu plus de peur que de mal dans la ville. En réaction à la décision du sous-préfet d’Ebolowa 2 ème dont nous tenons copie, c’est un communiqué de presse du mouvement Now qui dément catégoriquement toutes ces allégations, d’un probable rassemblement initié par Ango Severin, ni par un membre du mouvement Now, ni par l’équipe du bâtonnier Akere Muna. Ils reprécisent que le mouvement Now, n’est pas un parti politique, mais une plate forme non partisane qui tient ses activités dans des  cadres privés, et rassemble les citoyens engagés et soucieux d’apporter leur contribution à la construction de notre nouvelle république dixit, Steve D. Amara responsable de la communication du mouvement Now dont personne jusque là n’a connaissance de son siège, ni de son président. C’est du wait and see.
 

Jacques Pierre SEH