Qui sont les commanditaires du putsch raté au Gabon ?

Gabon. Qui sont les commanditaires du putsch raté au Gabon ?

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter | Revoir un Programme TV | Grille des Programmes TV | Où Vendre au Cameroun | Où Danser au Cameroun | Où Dormir au Cameroun |

La tentative de coup d’Etat qui a eu lieu ce lundi matin au Gabon est une première dans ce pays d’Afrique centrale. Jamais des militaires n’avaient tenté de prendre en otage la télévision nationale. AT décrypte ce Putsch manqué.


Leur aventure n’aura duré que quelques heures. Les forces de la Garde Républicaine ont procédé rapidement à l’arrestation de sept d’entre eux . Deux des putschistes sont morts pendant l’assault. Tous les otages sont sains et saufs.

Le réseau internet a lui été coupé pendant 24 heures. Les services de sécurité ont permis son rétablissement après avoir écarté toute menace.

La capture du chef des putschistes, le lieutenant Kelly Ondo Obiang, permet de comprendre ce qui s’est passé. Commandant adjoint de la Garde républicaine, il a été formé en Côte d’Ivoire. C’est une mouvance extrémiste de l’Union Nationale, qui a influencé le soldat. Les campagnes de haine sur les réseaux sociaux y ont aussi participé. Selon nos sources, ce n’est pas le lieutenant qui a rédigé le discours lu à la radio.


Dix soldats, et trois cents militants pour faire un coup d’Etat ?

Le lieutenant comptait sur le soutien de l’Union Nationale pour mobiliser une partie de la population. Au cours d’un appel téléphonique passé auprès d’un membre de l’Union Nationale, Kelly Ondo Obiang s’est agacé de ne pas voir arriver tous les renforts promis, autour de la RTG.

De nombreuses personnalités de la société civile, et de l’opposition étaient invitées à le rejoindre afin de mettre en place un conseil national de transition.

Quelques centaines de jeunes ont rejoint le quartier de la Radio Télévision Gabonaise, incendiant un véhicule au passage. Comme pour répondre à l’appel du lieutenant. Mais ce ne sera pas suffisant. L’arrivée rapide des éléments de gendarmerie et les échanges de tirs, ont fait capoté le plan. Personne ne voulait prendre le risque de se retrouver au milieu.

Déçu, Kelly Ondo Obiang a pris la décision de se déguiser en civil, et de quitter les lieux abandonnant sur place les soldats qu’il avait mobilisé pour l’accompagner. « Je vais chercher les soutiens et reviens » leur a-t-il dit.

La gendarmerie appréhendera finalement Kelly Ondo Obiang caché dans une buse derrière le bâtiment de Gabon Télévision.

Toujours selon nos sources, le lieutenant se mettrait « à chanter comme un rossignol« …

Prosper

Opinion