Que la fête commence ... La planète foot à l’heure russe !

Russie 2018. Que la fête commence ... La planète foot à l’heure russe !

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

Regard. ça y est ! Nous y sommes enfin.

Après quatre ans d’attente, le monde va à nouveau vibrer, pendant un mois, au rythme du ballon rond. Avec au centre des regards, la Russie, qui accueille dès ce jeudi tous ceux qui comptent dans le football aujourd’hui. Il y a bien sûr les instances dirigeantes avec tout le gratin de la Fifa. Il y a les invités spéciaux de tous bords : sport, culture, politique, etc.

Il y a également les millions de fans qui ont fait le déplacement  ainsi que les milliards de téléspectateurs qui vivront la compétition par écrans interposés. Mais il y a aussi et surtout  les 32 meilleures équipes du monde. Elles qui se sont battues pour être au rendez-vous avec une seule idée en tête : détrôner l’Allemagne.

Ce jeudi donc, au stade Loujniki de Moscou, anciennement baptisé « stade central Lénine » et qui a été reconstruit pour l’occasion, le coup d’envoi de la 21e coupe du monde de football sera donné. Pour la  cérémonie d’ouverture qui s’annonce brève mais riche en couleurs, le chanteur de pop britannique Robbie Williams sera la grande vedette, aux côtés de la soprano russe Aida Garifullina.

Dans la foulée, la première rencontre de ce Mondial opposera la Russie à l’Arabie Saoudite. Une affiche qui ne paie pas de mine sur le papier mais qu’importe. L’essentiel est d’entrer enfin dans le vif du sujet.

L’Afrique aura le regard particulièrement rivé sur ses cinq représentants (Egypte, Sénégal, Nigeria, Maroc, Tunisie) avec l’ambition de voir l’un d’entre eux passer l’étape du premier tour. Et pourquoi pas, aller jusqu’au bout. L’espoir est toujours permis en football.

Même si en face, il faudra dompter des adversaires aussi costaux que l’Allemagne, tenante du titre. Mais aussi le Brésil ou encore l’Espagne. Sans oublier d’éventuels outsiders en embuscade.

La coupe du monde, c’est aussi de belles histoires comme celle de l’Islande, qui continue sur  sa lancée après un Euro 2016 plutôt réussi ou encore le Pérou, de retour après une trentaine d’années d’absence.

Que serait également cette compétition sans son lot de stars, entre les étoiles bien installées dans le ciel et celles qui espèrent enfin briller aux yeux du monde ?

Que dire de la Russie qui a l’occasion de faire taire les sceptiques qui doutaient de ses capacités à organiser une compétition de cette envergure ? Vladimir Poutine, le maître des lieux, a vu les choses en grand. Car au pays des Tsars, les invités seront bel et bien rois. Alors, profitons-en jusqu’au 15 juillet prochain.


Josiane R. MATIA
 



Les Stars


Neymar Junior: une reprise en trombe

Après plus de trois mois loin des stades à cause d’une blessure contractée en février dernier en Ligue 1 française, Neymar Junior est de retour. Il a d’ailleurs disputé les deux derniers matchs amicaux et inscrit deux buts. Malgré sa saison sportive interrompue pour cause de blessure, le sociétaire du PSG aura inscrit 19 buts et est l’auteur de 13 passes décisives en 20 matches disputés. Loin de la grosse pression subie en 2014, lors du Mondial que son pays a organisé il y a quatre ans, Neymar jouera sans stress en Russie. Ce qui permettra à l’athlète de 26 ans de jouer relâché et de se faire plaisir. Plaisir de retrouver les stades et ses coéquipiers. Mais aussi de marquer les esprits dans une éventuelle course au Ballon d’or.

Cristiano Ronaldo: le porte-flambeau de la Seleçao

En situation de contre-attaque, il n’est pas aisé de rattraper Cristiano Ronaldo. Le sociétaire du Real de Madrid affiche une pointe de vitesse est estimée à 33,6km/h. A cela, il faut allier ses qualités techniques et son sens élevé du but. A l’issue de la saison 2017/2018, il aura inscrit 26 buts en 27 matches avec son club en Liga, du haut de ses 33 ans. Le joueur exceptionnel a été sacré ballon d’or à cinq reprises (2008, 2013, 2014, 2016 et 2017). Vainqueur de la Ligue européenne des Champions, Cristiano Ronaldo n’aura pas la possibilité de se reposer cette année. Le meneur de la Seleçao veut emmener son équipe le plus loin possible. Il l’a déjà fait en 2016, quand sa sélection nationale a gagné pour la première fois l’Euro. Alors, tous les espoirs sont permis.

Mohamed Salah: le Pharaon est bien là

Les supporters des Pharaons d’Egypte ont certainement été soulagés d’apprendre que Mohamed Salah a repris les entraînements, plus de deux semaines après sa blessure survenue en finale de la Ligue européenne des Champions. Lui, qui, avant ce choc avec Sergio Ramos, a connu une saison exceptionnelle avec Liverpool. Au sacre comme meilleur joueur africain et aussi de la Premier League s’est ajouté le record de buts inscrits dans ce championnat : 32. Détrônant ainsi Alan Sherarer, Luis Suarez et Cristiano Ronaldo, qui étaient à 31 buts. La pleine possession de ses moyens lui permettra d’accompagner ses coéquipiers dans la belle aventure qui démarre en Russie. Car, derrière l’époustouflant come-back de l’Egypte jusqu’en finale lors de la CAN 2017, il y avait déjà Mohamed Salah. A 26 ans, il a ainsi la possibilité de se distinguer, une fois de plus. .

Lionel Messi: à  l’assaut du sacre suprême

En 2014, ils y étaient presque. Lionel Messi et ses coéquipiers ont vu le trophée leur échapper de justesse. Quatre ans plus tard, les revoici à la conquête du trophée le plus convoité en football. Le sociétaire de Barcelone sait pouvoir compter sur sa vivacité et ses qualités techniques. En club, il a terminé la saison à la 3e place au classement des buteurs (34 réalisations en 36 matches). Comme Cristiano Ronaldo, son éternel rival, Lionel Messi a été sacré cinq fois Ballon d’or (2009, 2010, 2011, 2012 et 2015). Le capitaine de l’Albiceleste aura 31 ans le 24 juin prochain. Un anniversaire qu’il va fêter en compétition. Cela pourrait-il l’amener à se surpasser pendant le tournoi ? On en saura un peu plus dans les prochains jours pour celui qui a été élu meilleur joueur du Mondial brésilien.
 
Priscille G. MOADOUGOU ATANGANA
 

Sport