Présidentielle camerounaise: Les pièces à fournir pour être candidat

Présidentielle 2018. Présidentielle camerounaise: Les pièces à fournir pour être candidat

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

Il s’agit incontestablement de la première étape à franchir pour ceux qui aspirent à faire acte de candidature en vue de l’élection du président de la République prévue le 7 octobre 2018 : bien préparer son dossier de candidature ou mieux, la déclaration de candidature indique CT.


Au-delà du critère relatif à l’âge, qui est de « 35 ans révolus à la date de l’élection » comme stipulé à l’article 117 de la loi N°2012/001 du 19 avril 2012 portant Code électoral, modifiée et complétée par la loi N°2012/017 du 21 décembre 2012, le potentiel candidat doit déposer un dossier au plus tard le jeudi 19 juillet 2018 à la direction générale des Elections à Yaoundé ou dans l’un des démembrements régionaux d’Elecam.

Selon l’article 120 de la même loi, les candidats « sont tenus de faire une déclaration de candidature revêtue de leur signature légalisée ».

A côté de cette déclaration qui doit indiquer les nom, prénoms, date et lieu de naissance, profession et domicile des intéressés, la couleur, le signe et le titre choisis pour l’impression des bulletins de vote, il y a des pièces requises.

Sur ce plan, les dispositions de l’alinéa 2 de l’article 122 sont précises sur les documents à fournir. Il s’agit notamment de la liste de 300 signatures des personnalités requises si le candidat n’est pas présenté par un parti politique ; il y a ensuite un extrait d’acte de naissance du candidat datant de moins de 3 mois ; la lettre de présentation et d’investiture du parti cautionnant la candidature du postulant s’il se présente sous les couleurs d’un parti politique.
L’on a ensuite une déclaration sur l’honneur par laquelle le candidat s’engage à respecter la Constitution ; un bulletin n°3 du casier judiciaire datant de moins de 3 mois ; un certificat d’imposition ou de non-imposition ; un certificat de nationalité ; l’original de versement du cautionnement. Ce dernier est de 30 millions de F, selon les dispositions de l’article 124 de la loi portant Code électoral.

Ce cautionnement est à verser au Trésor public. Lors du versement du cautionnement, il est établi en trois exemplaires, un certificat dudit versement. Un exemplaire est directement transmis au Conseil constitutionnel par les services du Trésor alors que l’original qui est joint au dossier et l’autre exemplaire sont remis au candidat.

Jean Francis BELIBI

Opinion