Paul Biya à la jeunesse : «ne soyez pas les relais naïfs des pourfendeurs du régime»

Cameroun - Jeunesse. Paul Biya à la jeunesse : «ne soyez pas les relais naïfs des pourfendeurs du régime»

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

Le chef de l’État camerounais, Paul Biya, a invité ses jeunes compatriotes à être «des internautes patriotes qui œuvrent au développement et au rayonnement du Cameroun, non des followers passifs ou des relais naïfs des pourfendeurs de la République».


S’adressant aux jeunes, samedi soir, à la veille de la 52ème édition de la Fête à eux dédiée, il a rappelé à sa cible que les réseaux sociaux lui offraient un champ d’expression de prédilection leur donnant une visibilité planétaire écrit APA.

«(…) il vous faut vous souvenir que vous n’êtes pas pour autant dispensés des obligations civiques et morales, telles que le respect de l’autre et des institutions de votre pays », a souligné Paul Biya.

Invitant les jeunes à exercer leur droit de vote en accomplissant un acte de citoyenneté responsable et en devenant ainsi les acteurs de leur destin, le chef de l’État a rappelé cette célèbre formule : «Ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, mais plutôt ce que vous pouvez faire pour votre pays».

Les exhortant à ne pas céder à la tentation du mirage de l’émigration clandestine en entreprenant un voyage périlleux dont l’issue est souvent malheureuse vers l’Occident, il les a également invités à participer activement au grand projet visant à accéder à l’émergence à l’horizon 2035.

Abordant les aspects budgétaires, Paul Biya a rappelé que les dotations confondues des trois départements ministériels en charge de l’Enseignement représentent environ 15% de la dépense publique en termes d’infrastructures, d’équipements scolaires ou encore de l’offre d’enseignement.

Au plan social, il a précisé que 473.303 emplois jeunes ont été recensés au 31 décembre 2017, bien mieux que l’objectif de 400.000 fixé, même si les pouvoirs publics sont conscients qu'il en faut plus pour résorber le chômage des jeunes.

L’année 2018, a promis le président de la République, sera l’année de l’achèvement des grands projets de première génération, en même temps qu’une série de projets, dits de deuxième génération, ont été lancés ou sont en préparation.

 

Opinion

Lire aussi