Soudan. Omar el-Béchir, l'ex-président soudanais, déféré au parquet

cameroun24.net Le 17 juin 421 Opinion Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
Vêtu de la traditionnelle djellaba blanche soudanaise et d'un turban, l'ancien chef d'État a fait sa première apparition en public depuis sa destitution en avril dernier par l'armée rapporte BBC.



Il est arrivé de sa prison, escorté par un convoi de véhicules militaires et des membres des forces de sécurité.

L'ancien président a marché à toute allure, d'un véhicule jusqu'au bureau du procureur, souriant et bavardant avec les gardes, mais il est revenu quelques minutes plus tard en grognant, selon l'agence de presse Reuters.

"L'accusé Omar el-Béchir a été (...) informé des accusations qui pèsent contre lui, pour la possession de devises étrangères, corruption et réception de cadeaux de manière illégale", a déclaré aux journalistes un responsable du parquet, Aladdin Dafallah.

Selon ce magistrat, les chefs d'accusation ont été lus à M. Béchir en présence de son avocat.

M. Béchir est reparti au bout de quelques minutes.Selon l'agence de presse officielle soudanaise Suna, il est accusé "de possession de devises étrangères, d'avoir acquis des richesses de façon suspecte et illégale et d'avoir ordonné l'état d'urgence".
Copyright de l’image Getty Images
Image caption Omar el-Béchir a été destitué après avoir dirigé le Soudan pendant 30 ans.

Le 21 avril, le chef du Conseil militaire de transition (CMT), le général Abdel Fattah al-Burhane, qui dirige actuellement le pays, avait affirmé que l'équivalent de plus de 113 millions de dollars avaient été saisis en liquide au domicile d'Omar el-Béchir à Khartoum.

M. Béchir, âgé de 75 ans, fait aussi l'objet de poursuites pour les meurtres de manifestants durant la répression de la contestation.

Il est visé également par des mandats d'arrêt de la Cour pénale internationale (CPI), qui veut le voir répondre de génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre pour le conflit au Darfour (ouest) - avec près de 300 000 morts, selon l'ONU.


Par ailleurs, Mohamed Hamdan Hamdan "Hemeti" Dagolo, le vice-président de la junte, a promis de poursuivre les responsables de la répression qui, selon l'opposition soudanaise, a fait une centaine de morts, le 3 juin, à Khartoum.

Les pourparlers entre les manifestants et le Conseil militaire de transition ont été suspendues après les massacres de début juin.

Regardez

SUR LE MEME SUJET : Soudan

DANS LA MEME RUBRIQUE : Opinion

Facebook

ENTREZ VOTRE COMMENTAIRE





Saisissez ce code CAPTCHA code dans la zone de texte ci-dessous

LES COMMENTAIRES

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Lire aussi

  • Une session houleuse en vue au Parlement sur la loi de finances 2020

    L’affectation de 10 à 15% du budget de l’Etat aux communautés territoriales décentralisées, telle que recommandée par le grand dialogue national dans la perspective de l’accélération de la...

  • Une nouvelle levée de fonds de 20 milliards de FCFA lancée sur le marché de la Beac par le Trésor public camerounais

    Le 13 novembre 2019, le Trésor public camerounais procèdera à une nouvelle opération de levée de fonds sur le marché des titres publics de la Beac. Selon un communiqué officiel du ministère des Finances, il sera...

  • Lettre ouverte à Emmanuel Macron en faveur de la résolution de la crise anglophone au Cameroun

    Cinquante universitaires, intellectuels et défenseurs des droits de l’homme dans une lettre publiée par Jeune Afrique, demandent au président français d'encourager son homologue camerounais Paul Biya à participer...

  • Cameroun vs Cap Vert : « Représenter mon pays est un privilège » déclare John Mary Uzuegbunam

    L’attaquant de Shenzhen a été convoqué pour remplacer Jean Pierre Nsame. Une première convocation pour le natif d’Anambra au Nigeria qui a dit sa satisfaction à notre micro.

  • Convertisseur

    Meteo Yaoundé