Nécrologie: Pauline Poinsier-Manyinga est décédée

Cameroun - Nécrologie. Nécrologie: Pauline Poinsier-Manyinga est décédée

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

La journaliste du quotidien Le Jour a rendu l’âme très tôt vendredi à Douala.


« Elle s’en est allée. » C’est le message reçu par Denis Nkwebo, journaliste, lui annonçant le décès de sa collègue au quotidien Le Jour, Pauline Poinsier-Manyinga. La femme de média de 56 ans a rendu l’âme des suites de maladie à l’hôpital Laquintinie de Douala, où elle était internée depuis plusieurs mois déjà écrit CT.

Pauline Poinsier-Manyinga, c’était l’une des plumes fortes et acérées de la presse au début des années 90, officiant dans le très en vue tabloïd privé de l’époque, Challenge Hebdo. Grande, claire de peau, elle ne passait pas inaperçue. Surtout qu’elle n’avait pas sa langue dans la poche. Ne reculait devant rien dans sa quête de la bonne information. Et son carnet d’adresses était impressionnant.

Mais derrière cette façade parfois dure d’une femme qui ne cherchait jamais à plaire, son collègue Denis Nkwebo, Chef Desk du Jour dans le Littoral et le Sud-ouest, assure que les apparences étaient trompeuses :

« Pauline disait elle-même qu’elle était difficile de caractère. Mais elle était très aimée. On pouvait vivre facilement avec elle quand on lui était proche. » Et ses collègues, tout comme d’autres confrères, se seront relayés à son chevet jusqu’à ce que les médecins interdisent les visites.

Toujours selon M. Nkwebo, l’autre point positif de celle qui était conseillère auprès du directeur de la publication du Jour, et qui était présente dès les débuts du journal en 2007, c’est que « Ma’a Pau » comme les jeunes l’appelaient « savait encadrer les enfants qu’on a à la rédaction, elle leur parlait toujours de sa passion pour l’écriture. »

D’ailleurs, affirme Armelle Sitchoma, ancienne stagiaire du quotidien, « elle nous demandait souvent de relire ses chroniques avant qu’elle ne les envoie au Dp. »

Rita DIBA
 

Culture