Crise Anglophone. La réponse du gouvernement camerounais à Médiapart au sujet des bavures supposés d'une unité spéciale de l’armée

cameroun24.net Le 23 septembre 2019 11064 Société Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
Suite à la publication, le 19 septembre, d’un article du média en ligne Médiapart sous le titre « Au Cameroun, les basses œuvres d’une unité spéciale équipée par la France », René Emmanuel Sadi, le ministre camerounais de la Communication (Mincom) a tenu un point de presse pour apporter un démenti relate IC.



Et pour cause, a indiqué le Mincom, Médiapart a fait état, entre autres, de ce que, «le Bataillon d’Intervention Rapide [BIR], une unité d’élite de 5000 soldats, est soupçonné de pires exactions dans des chambres de tortures secrètes». Avant d’ajouter: «Il va sans dire qu’il se dégage des allégations de cette presse étrangère, colportées et relayées par une kyrielle de médias internationaux, une indéniable volonté de nuire à l’image de l’armée camerounaise».

Selon M. Sadi, le BIR est une unité d’élite qui s’est toujours illustrée par la qualité de ses troupes, par sa bravoure, par son efficacité et par ses hauts faits, sur tous les théâtres d’opération où elle a été appelée à se déployer. De plus, a-t-il précisé, la contribution du BIR dans la lutte contre la nébuleuse Boko-Haram, aura été des plus significatives, tout comme elle a été saluée par l’ensemble de la communauté nationale et internationale.

«Il en est de même du rôle joué par le BIR dans les Régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, où sa vocation et sa mission sont et demeurent la préservation de la sécurité des populations et de leurs biens, et la défense de l’intégrité territoriale du Cameroun, face à des séparatistes et des bandes armées sans foi ni loi, qui sèment la terreur et la désolation, et commettent des atrocités qui n’ont pas de nom», a martelé le Mincom.

Selon le ministre de la Communication, le BIR consacre une bonne part de ses missions à des opérations militaires, et une autre, non moins importante, à des activités dédiées aux initiatives d’assistance sociale.

Le membre du gouvernement a regretté le fait que, «face aux atrocités de toutes sortes commises par les hors-la-loi dans les régions concernées, à l’endroit des civils sans défense et de leurs biens, à l’endroit des éléments de nos forces de défense et de sécurité, ou à celui des autorités administratives, les mêmes médias étrangers et certaines organisations dites de défense des droits de l’homme, font preuve d’un mutisme étonnant et incompréhensible ».

Qu’à cela ne tienne, René Emmanuel Sadi a salué la qualité des relations de coopération militaire entre le Cameroun et des pays amis dont la France, l’Etat d’Israël et les Etats-Unis d’Amérique.

Le Mincom s’est inscrit en faux, contre ces allégations calomnieuses relatives aux « exactions et autres graves atteintes aux droits de l’Homme dirigées sur des cibles civiles », en l’occurrence, l’usage supposé « des chambres de tortures secrètes, des exécutions extrajudiciaires, l’usage excessif de la force, et bien d’autres », imputées aux forces nationales de défense et de sécurité, dans la lutte qu’elles mènent contre les bandes armées de sécessionnistes dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

S.A
 

Regardez

SUR LE MEME SUJET : Crise Anglophone

DANS LA MEME RUBRIQUE : Opinion

Facebook

ENTREZ VOTRE COMMENTAIRE





Saisissez ce code CAPTCHA code dans la zone de texte ci-dessous

LES COMMENTAIRES

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Lire aussi

  • Le Cenadi sommé par Louis Paul Motaze de mettre fin aux « faux salaires, faux avancements et fausses pensions »

    Le 21 février 2020 à Yaoundé, la capitale camerounaise, le ministre des Finances (Minfi), Louis Paul Motaze, a procédé à l’installation des responsables récemment nommés au Centre national de développement de...

  • Une foule immense accueille Maurice Kamto à Douala

    Depuis ce matin au siège du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun MRC,les partisans et sympathisants de ce parti sont massés pour accueillir leur leader a constaté cameroun24.

  • Massacre de Ngarbuh : Un rapport de Human Right Watch accuse l'armée camerounaise et les Bororo

    Voici l'intégralité du rapport que cameroun24 a pu consulter.

  • Le conseil constitutionnel annule les élections dans une partie du Nord ouest et sud-Ouest

    Clément Atangana, le président du conseil constitutionnel a prit cette décision ce jour à Yaoundé a appris cameroun24.

  • Convertisseur

    Meteo Yaoundé