L’état des répartitions des droits d’auteur et droits voisins

Cameroun - Musique. L’état des répartitions des droits d’auteur et droits voisins

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

Depuis le 27 décembre 2018, les sociétés de gestion collective règlent les paiements des ayants-droit, en dépit de quelques difficultés lit-on dans les colonnes de CT.

La fin d’année 2018 a été plutôt heureuse pour les ayants-droit des différentes sociétés de gestion collective des droits d’auteurs et des droits voisins au Cameroun. La Société nationale camerounaise de l’art musical (Sonacam) a donné le ton le 27 décembre 2018, avec le début effectif de la répartition auprès de ses adhérents. Ce paiement s’est étendu à d’autres régions, dans les représentations de la Commercial Bank of Cameroon (CBC). A la Société civile des droits de la littérature et des arts dramatiques (Sociladra), les opérations de paiement qui avaient débuté l’après-midi du 27 décembre, se poursuivent normalement jusqu’à présent.

Selon le PCA, Elise Mballa, plus de 600 ayants-droit répartis en sept catégories devraient passer à la caisse. Du côté de la Société camerounaise des droits voisins (SCDV), le PCA, Aladji Touré a confirmé que la répartition est effective depuis le 28 décembre 2018. Les réclamations enregistrées jusqu’ici concernent les artistes qui ne sont pas membres de la SCDV d’une part et ceux dont les droits se situent en deçà de 40 000 F. « Selon nos textes, les ayants-droit dont le montant à retirer est inférieur à 40 000 F ne peuvent pas être payés », a expliqué Aladji Touré, joint par téléphone. Quant à la Société civile des arts audiovisuels et photographiques (SCAAP), le PCA, Samuel Chop affirme que les paiements se poursuivent dans le calme et la sérénité. L’enveloppe d’un montant de 53 millions de F est distribuée à tous les artistes de la SCAAP. « Nous avons privilégié le social. Cependant, la consistance de l’enveloppe sera fonction de la diffusion ou non des oeuvres de chaque artiste », a affirmé le PCA. Même son de cloche à la Société civile du droit d’auteur et droits voisins des arts plastiques et graphiques (Socadap), où les affiliés passent à la caisse depuis quelques jours. A en croire le PCA, Etolo Eya’a, 250 artistes liés à la SOCADAP et remplissant les critères vont bénéficier de l’enveloppe de près de 30 millions mise à leur disposition.

Georges Emmanuel TSAYID

Culture

Lire aussi