Les attaques de mosquées en Nouvelle-Zélande font 49 morts

Nouvelle Zélande. Les attaques de mosquées en Nouvelle-Zélande font 49 morts

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter | Revoir un Programme TV | Grille des Programmes TV | Où Vendre au Cameroun | Où Danser au Cameroun | Où Dormir au Cameroun |

49 personnes ont été tuées et plus de 20 autres blessées dans deux mosquées à Christchurch, en Nouvelle-Zélande rapporte BBC.


Le tireur est un citoyen australien décrit par le premier ministre australien Scott Morrison comme un terroriste "d'extrême droite".

Quatre personnes - trois hommes et une femme - étaient en garde à vue dans le cadre de cette fusillade, a indiqué la police néo-zélandaise.

Le premier ministre néo-zélandais, Jacinda Ardern, a qualifié ce jour de l'un des plus sombres de l'histoire de la Nouvelle-Zélande.


Que savons-nous à ce stade des évènements ?

Le commissaire de police néo-zélandais Mike Bush a confirmé que des "décès multiples" ont été enregistrés à deux endroits.

Le premier signalement d'une attaque est venu de la mosquée Al Noor, située au centre de Christchurch. Des témoins ont dit aux médias locaux qu'ils avaient courus pour sauver leur vie et ont vu des gens saigner à même le sol à l'extérieur dans l'édifice.

Une deuxième mosquée dans la banlieue de Linwood a été évacuée, mais il y avait moins de détails sur ce site. La police a également désamorcé " un certain nombre d'engins explosifs improvisés (IED) attachés aux véhicules", a précisé M. Bush.

Les autorités ont conseillé à toutes les mosquées de la ville de fermer jusqu'à nouvel ordre. Des policiers armés ont également été vus à l'école secondaire Papanui à Christchurch, qui a été bouclée.

Le nombre d'hommes armés n'était pas immédiatement clair. Le suspect australien aurait publié un manifeste exposant ses intentions, dans lequel il épousait une idéologie d'extrême droite et anti-immigrés.

Il a également semblé avoir diffusé en direct sur Facebook à partir d'une caméra montée sur sa tête alors qu'il tirait sur des victimes dans une mosquée. La police a appelé le public à ne pas partager les images "extrêmement pénibles" en ligne.

Facebook a déclaré qu'il avait supprimé les comptes du tireur (Facebook et Instagram) et qu'il s'employait à supprimer toute copie des séquences.


Que s'est-il passé dans les mosquées ?

Un survivant anonyme a dit à TV New Zealand qu'il était à la mosquée Al Noor et qu'il a vu un homme armé tirer sur un homme directement dans la poitrine. L'agresseur aurait pris pour cible la salle de prière des hommes de la mosquée, puis s'est dirigé vers les toilettes des femmes.

"Ce que j'ai fait, c'est simplement attendre et prier, Dieu s'il vous plaît, que ce type soit à court de balles", a dit le témoin. "Il est venu de ce côté, il a tiré sur ce côté, il est allé dans une autre pièce et est allé dans la section des dames et leur a tiré dessus. Je viens d'apprendre qu'une des dames est morte."

Un Palestinien qui a demandé à ne pas être nommé a dit à l'agence de presse de l'AFP qu'il avait entendu des coups de feu rapides et vu un homme se prendre une balle dans la tête.

"J'ai entendu trois coups de feu rapides, puis au bout d'une dizaine de secondes, ça a recommencé - ça devait être un automatique, personne ne pouvait appuyer aussi vite sur la gâchette," dit-il. "Puis les gens ont commencé à s'enfuir. Certains étaient couverts de sang."

Une deuxième mosquée dans la banlieue de Linwood a également été évacuée. Le commissaire de police a déclaré que des "morts multiples" ont été enregistrés à deux endroits.


Comment les autorités ont-elles réagi ?

De nombreuses victimes ont été transportées à l'hôpital de Christchurch, où il y avait une forte présence policière. Une porte-parole a déclaré que le Canterbury District Health Board (CDHB) avait activé son plan d'intervention en cas de pertes massives, selon le site d'information néo-zélandais Stuff.co.nz.

La police avait auparavant fait évacuer la place de la cathédrale, où des milliers d'enfants avaient organisé un rassemblement pour lutter contre les changements climatiques.

"La police réagit avec toute sa capacité à gérer la situation, mais le contexte de risque demeure extrêmement élevé. La police recommande aux habitants de Christchurch de rester à l'intérieur et à l'extérieur jusqu'à nouvel ordre" demande le commissaire de police Mike Bush.

La fermeture de toutes les écoles de Christchurch a été levée et les parents ont été informés qu'ils pouvaient venir chercher leurs enfants.

Regardez Canal 2 | Canal 2 Movies | Equinoxe | STV | CRTV | BoomTV | LTM

Opinion

Lire aussi