Le dernier carré en coupe du monde 2018

Russie 2018. Le dernier carré en coupe du monde 2018

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

Les quarts de finale disputés le week-end dernier ont permis à l’Europe d’asseoir sa domination avec deux affiches alléchantes : France-Belgique et Angleterre-Croatie.

L’aventure a été belle pour la Russie, pays organisateur de la 21e édition de la coupe du monde de football. Mais elle s’est arrêtée au stade des quarts de finale samedi dernier. Déception au pays des Tsars, même si c’est clairement la fierté qui l’emporte.

Parce que personne n’avait prédit que la Sbornaya traverserait le premier tour du Mondial pour la première fois de son histoire relate CT.

Mais aussi parce que les hommes de Stanislav Cherchesov ont chèrement vendu leur peau dans cette compétition, face à la Croatie en quart de finale. Soyons honnêtes, les Russes ne sont pas les joueurs les plus techniques ni les plus intéressants à voir jouer.

Ils le savent très bien et ils compensent avec une détermination à toute épreuve. Complètement décomplexés, ils ont ouvert la marque par Denis Cheryshev d’un tir puissant à la 31e min qui a laissé le gardien Danilej Subacic sans réaction.

Loin du jeu chatoyant offert en phase de poules, les Croates, plutôt décevants, ont toutefois réagi à la 39e min avec l’égalisation d’Andrej Kramaric. Lors de la prolongation, la Croatie a cru avoir fait le plus dur avec le but de Domagoj Vida (101e). Mais à force d’abnégation, la Russie a égalisé par Mario Fernandes à la 115e min. Le même Fernandes qui manquera sa tentative lors de la séance de tirs au but (2-2, 4-3 t.a.b.).

La Croatie affrontera l’Angleterre en demi-finale. Les Three Lions n’ont pas trop forcé sur leur talent pour venir à bout de la Suède (2-0). Même si cette dernière n’a pas démérité. Mais les Anglais ont fait la différence grâce à leur jeu de tête par Harry Maguire et Dele Alli. Il faut aussi signaler la performance du gardien Jordan Pickford, qui a freiné les tentatives suédoises.

Vendredi déjà, la France et la Belgique avaient validé leur ticket sans coup férir. L’Uruguay, orpheline d’Edinson Cavani, n’a pas pu trouver une solution face à la France, vainqueur 2-0. Elle qui a eu de la peine offensivement depuis le début de la compétition. Les Bleus ont répondu au défi physique de leur adversaire et ont frappé quand il le fallait. D’abord par Raphaël Varane, puis par Antoine Griezmann.

  Ensuite, ils n’ont eu qu’à gérer le score, aidés par le bloc trop bas de la Celeste. Dans l’autre quart de finale, la Belgique a offert un jeu plus attrayant, affichant une maturité qui lui faisait défaut jusqu’à présent contre le Brésil (2-1). Une déviation du bras involontaire de Fernandinho et une superbe frappe de Kevin De Bruyne ont permis aux Belges de réaliser un petit exploit.

La réduction du score de Renato Augusto n’y changera rien. D’autant que les tentatives brésiliennes se sont heurtées à un Thibault Courtois des grands soirs.

L’Amérique du S ud a donc perdu ses deux représentants en quarts de finale. L’Europe, elle, continue d’asseoir sa domination avec un 4/4 pour ses équipes. Une certitude : on aura une finale inédite le 15 juillet prochain.

Josiane R. MATIA

Sport

Lire aussi