Le FMI salue «les réformes importantes conduites» par la BEAC et la COBAC

CEMAC. Le FMI salue «les réformes importantes conduites» par la BEAC et la COBAC

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

La directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, a dit sa «satisfaction» sur «les réformes importantes conduites» par la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC) et la Commission bancaire de l’Afrique centrale (COBAC), ainsi que «leur engagement constant pour une politique résolue, essentielle au succès des programmes soutenus» par son institution dans les pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC).


Dans une déclaration faite vendredi, à l’issue de sa réunion avec Abbas Mahamat Tolli, gouverneur de la Banque centrale, elle a remercié son interlocuteur pour le leadership dont il a fait preuve «en soutenant cette réponse régionale de grande envergure».

 

Évoquant les progrès de la stratégie adoptée par la BEAC et la COBAC en vue de soutenir les efforts d'ajustement entrepris par les États membres de la CEMAC, suite à la forte baisse des prix du pétrole de 2014, Christine Lagarde a estimé que tous ces efforts ont contribué à stopper la baisse des réserves officielles de l’Institut d’émission en 2017 écrit APA.

 

Les deux personnalités ont aussi insisté sur l’impérieuse nécessité, pour les autorités nationales des pays de la sous-région, de mettre en œuvre les politiques et les réformes et d’atteindre les objectifs budgétaires arrêtés dans le cadre des programmes soutenus par le FMI, toute chose qui s’avère indispensable pour restaurer la soutenabilité interne et externe de leurs économies respectives, et ainsi ouvrir ainsi la voie à une croissance plus forte et plus inclusive dans la région.

 

Ces efforts continus, soutenus par des politiques appropriées des institutions régionales, devraient, selon le FMI, permettre une accumulation supplémentaire de réserves régionales et renforcer la position extérieure régionale.

 

Le 15 décembre 2017, rappelle-t-on, le conseil d’administration du FMI a conclu les entretiens annuels avec la CEMAC sur les politiques communes des pays membres et les politiques communes à l’appui de leurs programmes de réformes.

 

Sous le coup de la chute marquée des recettes pétrolières depuis 2014, lesdits États se sont notamment engagés à rétablir la stabilité extérieure et budgétaire, et à diversifier l’économie en améliorant le climat des affaires.

 

Ainsi, depuis mi-2017, le Cameroun, le Gabon et le Tchad ont adopté de nouveaux programmes appuyés par le FMI, tandis que la République centrafricaine a ajusté un programme existant et que le Congo-Brazzaville, aux dernières nouvelles, est sur le point de débloquer un programme triennal visant à redresser son économie et à réduire la pression de sa dette.

 

La BEAC et la COBAC, quant à elles, ont débuté la mise en œuvre des mesures de soutien visant à contribuer à la reconstitution les réserves régionales et à assurer la stabilité du secteur financier, dans le cadre d’un ensemble complet d’engagements de politiques économiques.


 

Opinion