Le Cenadi, hébergeur du Système informatique de gestion des personnels de l’Etat sécurisé par le gouvernement camerounais

Cameroun - Finance. Le Cenadi, hébergeur du Système informatique de gestion des personnels de l’Etat sécurisé par le gouvernement camerounais

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

Les réseaux de siphonnage des recettes publiques, au niveau du ministère des Finances, seront peut-être mis à mal dans les prochaines semaines. En tout cas, Louis Paul Motaze (photo), le chef de ce département, y travaille activement écrit IC.


Car, après la traque des fonctionnaires fictifs qui émargent dans le budget de l’Etat, avec la complicité de hauts responsables en charge de la gestion du fichier solde,  le ministre des Finances a également engagé, courant mai, la sécurisation des deniers publics. A commencer par le plateau technique du Centre national de développement de l’informatique (Cenadi). C’est à cet endroit que se gère le Système informatique de gestion intégrée des personnels de l’Etat et de la solde (Sigipes).

Ainsi, depuis le 30 mai 2018, après un appel d’offre public, l’on attend de connaître le nom de l’entreprise camerounaise adjudicataire du « projet de modernisation et sécurisation de la plateforme technique du Cenadi ». Les prestations attendues dans le cadre de ce projet, consistent en l’évaluation de la plateforme actuelle du Cenadi, l’estimation des besoins techniques et technologiques, la fourniture et la mise en service des équipements techniques et des logiciels, les aménagements des salles des machines, la réhabilitation du réseau local du Cenadi, le déplacement du serveur « z10BC » pour son installation dans le site de relève, le démontage du serveur MP 2003, l’élaboration d’un plan stratégique de sécurité. Sans oublier le renforcement des capacités des cadres du Centre national de développement de l’informatique.

Ce n’est pas fortuit si le ministre des Finances renforce la sécurité sur la plateforme du Centre national de développement informatique. En réalité, c’est en son sein que s’opèrent toutes les manipulations du fichier solde du personnel de l’Etat. Un fichier qui fait l’objet de toutes les attentions du gouvernement en ce moment. Car, il a été prouvé que c’est via cette structure que nombre de fonctionnaires fictifs passent pour toucher frauduleusement des salaires et autres avantages financiers. Ce qui a d’ailleurs poussé l’Etat a lancé au mois de mai, une opération de comptage physique des agents publics.

Ce recensement des fonctionnaires est une prescription du chef de l’Etat, Paul Biya. Dans sa circulaire du 20 juin 2017, il avait instruit un comptage des agents publics au cours de l’exercice 2018, car la masse salariale tourne actuellement autour de pratiquement 1 000 milliards FCFA.

S.A
 

Société